Retour

Des Sherbrookois parmi les Québécois coincés à Cuba pendant deux jours

Des vacances à Cuba se sont terminées en queue de poisson pour un groupe de Québécois, ont au moins deux Sherbrookois, qui ont dû attendre 48 heures avant de rentrer à la maison.

Un texte de Carl Marchand

Tristan Lévesque-Lizotte et sa conjointe Sarah Belleville de Québec sont partis le 17 août vers Santa Lucia à Cuba pour une semaine de vacances. Or, leur vol de retour avec Air Cubana prévu jeudi n'a finalement décollé que dimanche matin.

Une centaine de personnes, tant des Cubains que des Québécois, étaient coincées et multipliaient les aller-retour à l'aéroport de Camagüey.

Lors de la première tentative de départ, la compagnie aérienne indiquait que l'appareil avait un problème de radar. Leur avion a finalement survolé l'île pendant deux heures pour brûler du carburant avant de retourner à son point de départ.

« Il n'y a pas de communications entre Air Cubana, l'agence de voyages Caribe Sol et l'aéroport », indique Tristan Lévesque-Lizotte joint à l'hôtel où les voyageurs sont logés temporairement.

Le jour de la marmotte

Lors d'une nouvelle tentative de départ, le groupe a été transporté en autobus vers l'aéroport, vendredi. Or, le trajet de 90 minutes a été inutile puisque aucun avion n'était disponible pour le vol.

Lors de notre conversation, samedi, Tristan Lévesque-Lizotte a appris que le vol qui devait décoller à 3 heures du matin dimanche avait encore été reporté.

Perdre de l'argent à vouloir en sauver

Le résident de Québec a jusqu'à maintenant manqué trois journées de travail en raison de sa mésaventure. Il lance cet avertissement aux vacanciers qui sont attirés par les vols à rabais : pensez-y à deux fois.

« Quand tu payes moins cher, ça vaut moins cher. Je conseillerais de peut-être dépenser le 150, 200 $ de plus pour vivre moins d'anxiété », conclut-il.

Il a été impossible de joindre un représentant d'Air Cubana et de Caribe Sol.

Plus d'articles

Commentaires