Retour

Des travailleurs du Centre jeunesse de l'Estrie privés de vacances d'été

Une centaine de travailleurs du Centre jeunesse de l'Estrie ne pourront prendre leurs vacances aux mois de juillet et août avec leurs familles par souci de l'employeur de conserver sur le plancher des employés d'expérience auprès des jeunes.

L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) de l'Estrie a appris dans les dernières semaines que les quotas de vacances vont diminuer pour les éducatrices du Centre Jeunesse de l'Estrie et pour certaines technologistes médicales dans les centres de prélèvements du CIUSSS de l'Estrie-CHUS.

« Les gens sont vraiment en colère contre ces décisions-là », a martelé le répondant politique de l'APTS Estrie, Emmanuel Breton, jeudi.

« Au centre jeunesse, il y avait beaucoup de donnant-donnant à l'époque. C'est correct que je prenne mon auto pour aller faire un rendez-vous avec un patient même si mon véhicule n'est pas requis dans ma description de tâches, j'ai un rapport à remplir et ça ne me dérange pas de finir un peu plus tard sans facturer d'heures supplémentaires, parce qu'après, on pouvait demander de partir un peu plus tôt. Maintenant, avec la fusion en CIUSSS, ce n'est plus possible », déplore-t-il.

Le CIUSSS rétorque quant à lui qu'il craint de vivre un manque de personnel qualifié auprès des jeunes si tout son personnel prend ses vacances en même temps.

« Si on veut répondre en même temps à l'intérêt des jeunes et qu'on se retrouve avec un établissement qui est incapable de donner les programmes pour lesquels on est mandaté, parce qu'on a seulement du personnel novice, c'est difficile », explique Yannick De Beyssac, coordonnateur de la réadaptation au programme jeunesse du CIUSSS.

« Il faut savoir que pendant les périodes de congés, les enfants ne sont pas en congés et les besoins sont les mêmes. J'ai besoin de garder l'expertise et d'avoir des personnes significatives, parce que ce qui est très important pour avoir de bons résultats dans les programmes que l'on met en place, c'est la relation entre les éducateurs et les jeunes qu'ils suivent », résume-t-il.

Plus d'articles