Retour

Dette au Cégep de Sherbrooke : la direction lance un cri du coeur au gouvernement

La direction du Cégep de Sherbrooke a soumis, mercredi soir, ses états financiers au conseil d'administration. L'établissement a fait un très léger surplus de 10 000 $ ce qui n'aidera aucunement à alléger la dette qui se chiffre à 400 000 $. Un cri du coeur a été lancé au gouvernement afin qu'une aide financière soit donnée pour rétablir la situation.

Un texte de Geneviève Proulx

« Ce matin, ce n'est pas ma voix que je porte, mais celle de toute la communauté collégiale qui dit : "Ça suffit!" La situation financière est difficile parce que la dette, il faut la rembourser. On est en plan de redressement déjà. Les choix difficiles, on les a faits », soutient la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.

« De graves iniquités »

Selon elle, le modèle de financement actuel présente de « graves iniquités ». « Ça fait en sorte que, pour une baisse du nombre d'étudiants, normalement il y a une annexe budgétaire qui permet de compenser les collèges pour les aider à se relever, mais l'année de référence pour calculer la baisse n'a jamais bougé, on ne reçoit à peu près rien », déplore-t-elle.

Mme Bélanger soutient que si cette date avait été bougée, il y a trois ou quatre ans, le Cégep de Sherbrooke aurait reçu 800 000 $ en compensation financière. « Alors que d'autres collèges peuvent avoir jusqu'à un demi-million de dollars. On ne veut rien enlever aux autres collèges, mais on dit au gouvernement que, dans un contexte où il a les marges budgétaires, donnez-vous un rattrapage ad hoc de 800 000 $. Ce sont les étudiants de l'Estrie et toute la communauté, des entreprises, des organismes, des employeurs qui sont pénalisés », analyse la directrice générale.

Le budget annuel total du Cégep de Sherbrooke est de 65 millions de dollars et au cours des cinq dernières années, 4 millions de dollars ont été coupés. « Ces quatre millions ont été coupés en dehors de la masse salariale des enseignants qui représente 40 millions de dollars. La coupe s'est appliquée sur le reste. Des coupes qui étaient assez brutales », rappelle-t-elle.

Aussi, 32 postes sur 200 ont été abolis au sein du personnel du Cégep de Sherbrooke. « C'est beaucoup en deux ans. C'est uniquement sur le personnel non enseignant. On a coupé où on pouvait. On a augmenté les frais aux étudiants. Les choix difficiles, on les a faits. On a bien documenté notre situation. [...] On a proposé des solutions pour être aidé et qu'on frappe à plusieurs portes. C'est un cri du coeur qu'on fait ce matin et on espère être entendu. »

Par exemple, c'est le Cégep de Sherbrooke qui a le taux d'encadrement (le nombre de cadres par rapport au nombre d'employés) le plus bas au Québec.

Plus d'articles