Le maire de Granby, Pascal Bonin, a avoué au conseil municipal de Granby, lundi soir, qu'il était sobre depuis 10 ans. Un citoyen l'a félicité pour cette étape importante, et ce, en pleine séance.

Le maire ne s'est pas caché de la situation et croit même qu'il peut devenir un modèle de réussite. « Ce n'était pas prévu, mais j'ai senti l'opportunité de m'exprimer sur le sujet. Ce n'est pas une honte pour moi. Sur le jeton qu'on m'a remis pour souligner ce dixième anniversaire, il est inscrit d'être honnête envers soi-même. Être honnête envers soi-même, c'est accepter qui on est, et ce, de tous nos côtés, avec nos bons et nos mauvais », raconte-t-il. 

Le combat contre l'alcool de Pascal Bonin n'a pas été des plus simples. « Je pense que tous les alcooliques et tous les toxicomanes qui l'on vécut vivent une souffrance. C'est une maladie qui a comme conséquence de faire souffrir énormément de gens à travers nous.  Il y a énormément de gens qui ont des proches qui sont victimes de cette maladie », rappelle-t-il.

En politique pour redonner à la société

Pour lui, son implication en politique était un juste retour des choses. « Quand je suis sorti de thérapie, il y a 10 ans, j'ai dit à mon entourage que j'allais trouver un moyen de redonner à la société. Je pense que c'est ça qu'un maire peut faire. Il peut aller au-delà de passer des résolutions. Il peut être un modèle d'espoir et [...] montrer qu'il y a autre chose dans la vie que de la souffrance, la vie vaut la peine d'être vécue. Faisons des efforts pour s'en sortir et on pourra devenir un plus pour la société. »

Pascal Bonin n'a pas voulu entrer dans les détails des raisons entourant son choix d'arrêter de boire de l'alcool. « Chaque bas-fond est différent pour chaque individu. Il y a des choses qui sont tolérables pour un qui ne le sont pas pour un autre. C'est évident que dans mon cas, si on avait pris des gageures sur celui qui allait s'en sortir, il n'y aurait pas eu beaucoup d'argent sur mon cas. »

Les citoyens ont bien réagi à l'annonce du maire. « Ils ne sont pas surpris de ça. Je n'ai jamais caché cet aspect de moi. La première chose à faire, quand on a ce type de problème, est de l'admettre. Une fois qu'on l'a dit, on peut continuer à avancer. Il n'y a pas eu tant de surprises. La chose qui est inhabituelle, c'est que ce n'est pas un adversaire qui l'a sorti. Moi, je l'ai dit parce que je pense que je peux aider les autres. On est des humains et on a tous besoin des autres pour s'en sortir. »

M. Bonin prononcera une conférence à la prison de Cowansville sur le sujet mardi. « Nous sommes tous des humains qui sont, parfois, dans des mauvais plis. De voir d'autres humains qui s'en sont sortis, qui ont réussi à faire quelque chose d'extraordinaire, ça peut être une source de motivation. Pour moi aussi, à la mairie, ça peut faire de moi une meilleure personne. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine