Retour

Drame du parc Miner à Granby : six autres victimes réclament un dédommagement

La poursuite entamée il y a un an contre la Ville de Granby après le drame du parc Miner connaît des développements. Six victimes se sont ajoutées au recours commun, ce qui porte leur nombre total à 24.

Un texte de Christine Bureau

« Six se sont ajoutées : trois pour des dommages directs et trois comme victimes par ricochet », explique l’avocat de la poursuite, Me Benoît Galipeau.

Par victimes par ricochet, « on pense dans certains cas à des enfants qui perdent le support d’un parent […] ou encore un parent qui doit s’occuper d’un de ses enfants qui a subi un préjudice physique lors de la chute de l’arbre », illustre-t-il.

Le 15 juillet 2016, un peuplier s’est effondré au parc Miner alors que se déroulait une soirée de danse.

« On est dans un cas très particulier où il y a plusieurs personnes qui ont subi des préjudices et le fait qu’il y ait un recours commun […] peut inciter certaines personnes qui, en tant normales, n’aurait pas retenu les services d’un avocat, de participer à un recours comme celui-ci », soutient-il.

D'autres parties prenantes

La poursuite s’élève maintenant à plus de 6 millions de dollars et inclut la Ville de Granby, le consultant ArborEco et leur assureur en responsabilité.

« Suite aux démarches initiées contre la Ville, la Ville a décidé d’amener un consultant qui avait été engagé par la Ville au courant des mois précédents et qui se seraient penchés sur l’arbre en question », résume l’avocat.

Et de son côté, Arboreco amène dans le dossier son assureur responsabilité, poursuit-il. « À l’heure actuelle, on pense que toutes les personnes qui pourraient avoir un intérêt dans le litige ou une responsabilité sont maintenant partie prenante au litige, ce qui va nous permettre de procéder sur le volet responsabilité. »

La Cour a en effet accepté de scinder le procès en deux étapes. La première est de déterminer la responsabilité ou non de chacune des parties impliquées. Puis, si la Cour tranche en faveur des victimes, il restera à décider du montant des réclamations.

Selon l’avocat, le procès sera prêt à être entendu dans environ six mois. Il revient ensuite au tribunal de décider de dates précises.

Plus d'articles