Retour

Drummondville se tourne vers l'Afrique pour combler des emplois

Face a l'importante pénurie de main-d'œuvre qui frappe le Centre-du-Québec, comme le reste de la province, la Société de développement économique de Drummondville (SDED) s'est tournée vers l'Afrique pour attirer des travailleurs dans la région.

La SDED a ratifié une entente avec la Tunisie, un pays d'Afrique du Nord, qui devrait lui permettre d’identifier et de sélectionner des travailleurs compétents en mesure de combler des postes à Drummondville par le biais d'un protocole de l’Agence tunisienne de coopération technique.

« C'est une entente extrêmement importante pour la Société de développement économique et pour Drummondville, parce que nos entreprises le disent : elles manquent de travailleurs et on a des besoins, entre autres, dans des métiers spécialisés », a déclaré le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, jeudi.

« C'est un organisme gouvernemental qui va nous soutenir dans le recrutement de candidats formés, donc aptes à occuper des emplois chez nous. Elle fait un prérecrutement, soumet des candidatures aux entreprises intéressées et par la suite, il y a un centre de formation technique qui fera passer les tests. Si tout se passe bien, les entreprises de Drummondville pourront procéder à leur embauche », explique M. Cusson

Il s’agit d’une première entente de recrutement pour la SDED dans ce pays d’Afrique. Une mission de recrutement devrait également avoir lieu l’automne prochain.

« C'est important d'avoir des partenaires dans d'autres pays où on recrute des gens, parce que ça nous permet de sauver du temps, ça nous permet d'être beaucoup plus efficaces et ça permet souvent aux entreprises de sauver des coûts », mentionne Alexandre Cusson.

Plus d'articles