Retour

Élection de Donald Trump : des inquiétudes en Estrie et à la frontière

L'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis fait craindre le pire aux producteurs forestiers de la région. Ils craignent plus que jamais que les exportations de bois d'œuvre canadiennes ne soient de nouveau restreintes aux États-Unis.

« Donald Trump ne peut pas faire un 180 degrés et devenir libre-échangiste du jour au lendemain après le discours qu'il tient depuis quelques années », analyse André Roy, président du Syndicat des producteurs forestiers de l'Estrie.

Le résultat de l'élection est le pire scénario envisageable, selon lui. « Il faut s'attendre à un resserrement du commerce entre les deux États. »

« Les 100 milliards d'échanges commerciaux qui existent entre les deux pays ne vont pas s'arrêter du jour au lendemain, ajoute André Roy, mais tout le monde est sur le qui-vive. »

Des réactions mitigées à la frontière

Au poste douanier de Stanstead, l'effet de surprise était entier mercredi matin.

« Mon épouse était bien contente », a avoué l'avocat Jean-Pierre Rancourt, qui possède la double citoyenneté et qui a voté mardi.

« Elle a plusieurs entreprises et depuis qu'Obama est là, on sent qu'on est surtaxé. C'est difficile pour les petites entreprises de faire des affaires aux États-Unis. Elle pense qu'avec Donald Trump, qui est un homme d'affaires, on va rétablir les choses. »

« Mais ce n'était pas mon choix », a conclu M. Rancourt.

Surprise, peur et enchantement

Le Vermont a appuyé Hillary Clinton à 61 % lors du scrutin. Plusieurs électeurs déchantent en ce lendemain de veille électorale.

« J'ai peur pour les gens de couleurs, pour ceux et celles qui ne sont pas hétérosexuels », a réagi July, une résidente de Newport.

« J'ai peur que le droit à l'avortement nous soit enlevé », a-t-elle ajouté.

 « Je pense que c'est grandiose », se réjouissait pour sa part, John Wilson, conseiller municipal de Newport.

« Ce pays est devenu si faible. J'ai été 30 ans dans l'armée et tout ce qui s'est passé dans les huit dernières années, ce sont des coupures dans le militaire. »

« Je viens du Québec et toute ma parenté est d'allégeance plus libérale, qui équivaut aux démocrates. Au nord de la frontière, je suis un excentrique, ici, je suis heureux de voir ça arriver », lance M. Wilson.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards