Retour

Émotions fortes pour les proches de Maxence Parrot

C'est sa troisième et dernière descente qui a permis à Maxence Parrot de remporter une médaille d'argent, dimanche, à Pyeongchang. Ses parents, Alain Parrot et Suzanne Noël, ont assisté à la finale masculine de slopestyle entourés d'amis et de proches, à Bromont, loin des caméras. La performance de leur fils leur a fait vivre de grandes émotions.

Maxence Parrot a chuté deux fois avant  de récolter 86 points à son troisième essai, ce qui l'a placé sur la deuxième marche du podium. Au lendemain de cette performance, les parents de Maxence Parrot parlent d'une soirée « très symbolique ».

« Durant la soirée, on a eu des palpitations cardiaques, on voulait le mieux pour Maxence. On sait qu'il est capable de passer à travers beaucoup de difficultés [...] et justement, la troisième descente, il a passé à travers, il nous a fait sursauté et on était super contents », a affirmé son père, le sourire aux lèvres.

La nervosité était bien présente au sein du groupe et juste avant que le Québécois s'élance pour son troisième essai, la tension était à son comble. « Si vous aviez vu, mes jambes tremblaient », raconte Suzanne Noël, « Alain a fermé ses yeux, la copine de Maxence est sortie de la pièce ».

Quelques heures plus tard, elle a pu s'entretenir avec son fils au téléphone « je lui dis toujours que je suis très fière de lui. Il était sur un nuage, le sourire fendu, comme nous. Il n'y a presque pas de mot pour expliquer le sentiment, c'est un sentiment d'accomplissement », a-t-elle ajouté.

Il est revenu sur ses chutes, survenues lors des deux premières descentes. Selon lui, de fortes bourrasques de vent lui ont compliqué la tâche. Il a ensuite réajusté le tir.

Deuxième participation aux Jeux Olympiques

Rappelons que l'athlète de Bromont était aux Jeux olympiques à Sotchi, en 2014, où il avait terminé au cinquième rang.

Sa mère, Suzanne Noël se souvient. « Maxence n'avait pas l'équipe derrière lui, il était parti à Sotchi avec un préavis de trois semaines. Il n'avait pas de préparateur mental, il n'avait pas de coach avec lui, il est parti en solo ».

Cette fois-ci, l'athlète de 23 ans était dans un bon état d'esprit selon sa mère, « il était très bien préparé, il semblait solide ».

Maxence Parrot sera de retour sur les pentes le 21 février prochain pour le grand saut (big air).

Plus d'articles