Retour

En route vers Rio : Jour J pour Josée Bélanger

L'équipe canadienne de soccer féminin participe au tournoi de qualification olympique de la CONCACAF au Texas, qui commence mercredi.

Un texte de Philippe Crépeau

Les Canadiennes, qui jouent leur premier match jeudi contre le Guyana, doivent atteindre la finale pour obtenir leur billet pour Rio. Le Canada devra d'abord éliminer un adversaire coriace en demi-finales, possiblement le Mexique ou le Costa Rica. Logiquement, les Américaines devraient dominer leur groupe.

Josée Bélanger vivra à Rio ses premiers Jeux olympiques… si les Canadiennes se qualifient. Elle fait partie des 20 joueuses que l'entraîneur John Herdman a choisies pour ce tournoi.

« Les deux équipes qui passeront en finale obtiendront leur billet pour Rio, confirme Josée Bélanger à Radio-Canada Sports. On a travaillé différentes stratégies qui nous permettront de nous rapprocher du but adverse même si les défensives sont serrées. L'équipe canadienne est prête. »

L'équipe compte 20 joueuses, avec un mélange de vétéranes et de recrues. L'objectif, c'est non seulement la qualification, mais c'est aussi de retourner sur le podium olympique comme les représentantes de l'unifolié l'avaient fait à Londres avec leur médaille de bronze.

L'équipe est revenue d'un camp d'entraînement intensif de deux semaines et demie à Vancouver à la fin janvier.

Il y avait plusieurs visages connus, comme Christine Sinclair, la capitaine, dans un groupe de 13 joueuses qui ont disputé la Coupe du monde de 2015, et 7 jeunes joueuses de 20 ans et moins, dont Gabrielle Carle, 17 ans, de Lévis.

« Je pense que ça va être intéressant de voir la combinaison de la jeunesse avec les joueuses d'expérience, explique Bélanger. Il y a quelques joueuses qui se sont jointes à l'effectif. Beaucoup de vitesse, beaucoup de créativité, beaucoup de confiance à l'attaque.

« Je dirais qu'on est vraiment choyées d'avoir une très belle ambiance dans l'équipe. C'est vraiment un travail collectif. »

Une année 2015 inoubliable

Josée Bélanger a vécu en 2014 son retour en sélection nationale après trois ans d'absence, une première participation à la Coupe du monde, dont un but magnifique contre la Suisse qui a qualifié les Canadiennes pour les quarts de finale. 

Et à l'automne, la Québécoise a signé un premier contrat professionnel en Suède, avec l'équipe FC Rosengard. Trois mois à partager le terrain avec une des meilleures joueuses du monde, la Brésilienne Marta Vieira da Silva. Une expérience idéale pour garder ses réflexes et la forme entre les entraînements de l'équipe canadienne.

« C'est un style de jeu qui est plus technique, possession du ballon, donc j'ai pu continuer à améliorer cet aspect-là de mon jeu. Et ça m'a permis de continuer à toucher au ballon durant la période morte de l'équipe canadienne. Je me suis donné les meilleurs moyens pour devenir une meilleure joueuse. »

Josée Bélanger a choisi de ne pas retourner en Suède en 2016. Elle a trouvé une place dans la National Women's Soccer League (NWSL), avec le Pride d'Orlando. C'est plus simple pour organiser son calendrier de matchs internationaux. 

« Il y a un partenariat entre la ligue et Soccer Canada pour placer un certain nombre de joueuses canadiennes dans les équipes de la ligue pour continuer à progresser, explique-t-elle.

« Et le calendrier de la NWSL est le même pour plusieurs des joueuses. Plus facile de libérer les joueuses pour les camps d'entraînement de l'équipe canadienne. C'est une structure unifiée qui permet de progresser dans l'objectif parallèle qui est de participer aux Jeux de Rio. »

L'athlète de Coaticook, nommée joueuse professionnelle de l'année 2015 au Québec, respire la confiance. Ce sera un grand atout pour les Canadiennes au Texas.

Et il y a bien sûr cette médaille de bronze à défendre au mois d'août. Les Canadiennes ne veulent pas rater le rendez-vous de Rio.

« On a l'expérience avec les joueuses qui l'ont vécu. Elles savent ce que ça prend, c'est quoi les démarches pour arriver à une médaille. On a la jeunesse. Moi, entre les deux, je ne suis plus très jeune, mais j'ai encore ce désir d'accomplir quelque chose pour la première fois. »

Josée Bélanger avait raté la Coupe du monde de 2011, en raison d'une blessure. Elle avait par la suite quitté l'équipe nationale et manqué le rendez-vous olympique de Londres en 2012. Elle ne veut surtout pas rater celui de Rio.

Plus d'articles