Retour

Encore du retard pour le prolongement de la rue Chauveau à Sherbrooke

Il faudra encore plusieurs mois avant de terminer le prolongement de la rue Chauveau dans le district du Carrefour à Sherbrooke. Selon la Ville de Sherbrooke, un retard dans les négociations avec le propriétaire d'un des terrains concernés bloque l'avancée du projet.

Un texte de Louis-Philippe Bourdeau

Jusqu'à ce que les deux parties aient trouvé une solution, il manquera environ 75 mètres de route afin de relier les rues Chauveau et Martin et ainsi désenclaver le secteur.

En décembre 2015, la Ville de Sherbrooke a autorisé la requête du promoteur Habitations M. Fontaine de prolonger la rue Chauveau. Le projet avait pour but de permettre la construction de 19 nouvelles résidences unifamiliales dans le secteur.

La Ville de Sherbrooke s'est entendue avec tous les propriétaires concernés par les travaux, mais la négociation se poursuit avec l'un d'entre eux. La directrice des infrastructures urbaines et de l'environnement, Caroline Gravel, croit que l'impasse légale sera dénouée d'ici l'automne. 

Entre-temps, le promoteur a eu l'autorisation de la Ville d'entreprendre la première phase du projet afin de lui permettre d'entamer le développement des terrains. Les travaux ont déjà commencé afin de relier les rues Taschereau et Jean-Jacques Lafontaine à cette nouvelle section de la rue Chauveau.

La Ville assure avoir obtenu des garanties du promoteur afin qu'il complète la deuxième phase de prolongement l'an prochain. L'argent nécessaire a déjà été mis de côté. 

Des citoyens inquiets

Lors du conseil municipal du 6 juin, Sylvie Cayouette, membre du Comité des citoyens du Parc-Olivier-Chauveau, a émis des craintes quant à la circulation importante dans les rues avoisinantes et l'accessibilité du quartier par le Service de protection contre les incendies.

Depuis plusieurs années, des dizaines de résidences ont été construites dans le secteur. Sans la section qui reliera la rue Chauveau à la rue Martin, une seule route permet aux résidents de sortir du développement résidentiel. Le conseiller municipal du district du Carrefour, Pierre Tardif, partage leurs inquiétudes. 

 Le coût des travaux est évalué à un peu plus de 760 000 $. La participation financière de la Ville est estimée à près de 200 000 $. La balance de la facture sera refilée au promoteur immobilier. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine