Retour

Et si les enfants n'apprenaient qu'un seul type d'écriture?

De plus en plus d'écoles primaires font le choix de n'enseigner qu'une seule forme d'écriture pendant tout le parcours scolaire des enfants. Cette façon de faire optimiserait l'apprentissage du français, entre autres. Si la plupart des écoles optent uniquement pour l'enseignement de l'écriture en lettres attachées, certaines ont plutôt décidé que les enfants apprendront à écrire seulement en lettres détachées.

Un texte de Geneviève Proulx

Par exemple, à l'École Saint-Antoine, de Sherbrooke, les enfants apprennent l'écriture cursive (lettres attachées) dès leur entrée en première année. Du côté de l'École Saint-Philippe, de Windsor, on a décidé que l'écriture script (lettres détachées) serait la seule apprise par les élèves.

Même si, pour l'instant, le ministère de l'Éducation n'oblige pas les écoles à prioriser un seul type d'écriture, une sérieuse réflexion à ce sujet est amorcée à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke.

Des avantages

Selon une étude menée par la Chaire de recherche sur l'apprentissage de la lecture et de l'écriture chez le jeune enfant (CREALEC), dont la titulaire est la professeure Marie-France Morin, de la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke, cette façon de faire n'amènerait que des avantages pour les jeunes enfants. Entre autres, comme les enfants n'ont plus à penser au mouvement de leur main pour tracer les lettres, ils peuvent donc se concentrer sur l'orthographe des mots et la syntaxe des phrases. L'idée est simple : plus rapidement les écoliers maîtrisent l'écriture, plus vite ils apprennent à écrire les mots correctement.

« Déjà, si on enlève l'enseignement de deux graphies, on améliore le tout. Parce que l'enfant, en première année, apprend d'une certaine façon, et puis après, on lui montrait l'écriture cursive. Là, il devenait en surcharge cognitive. Il venait d'apprendre un style d'écriture, il était capable de s'occuper de ses idées et là, il doit recommencer avec un autre style et toute sa préoccupation est sur son tracé des lettres », soutient l'enseignante de première année à l'école Saint-Antoine Marie-France Gélinas.

Aussi, selon l'étude sherbrookoise, un peu plus des trois quarts des enseignants du Québec qui privilégient l'écriture cursive en première année pensent que cet apprentissage est motivant pour les élèves. D'un autre côté, 56 % des enseignants qui optent pour l'écriture script croient que, ainsi, les enfants apprennent plus vite à lire.

Selon les chercheurs, quel que soit le style d'écriture enseigné, la performance en lecture est équivalente : il n'y a que quelques lettres qui sont différentes entre l'écriture cursive et le script (z, r, s et b).

Plus d'articles

Commentaires