Retour

Farnham soulagée par l'acquittement de Harding

Les autorités municipales et les citoyens de Farham, où réside l'ex-employé de la MMA Thomas Harding, sont soulagés de son acquittement. C'est dans cette petite ville de la Montérégie que la MMA avait construit son quartier général au Québec. Depuis la tragédie de juillet 2013, les vestiges de la défunte compagnie ferroviaire sont presque tous disparus, mais la sécurité ferroviaire inquiète toujours.

Les verdicts de non-culpabilité des trois anciens employés de la MMA sont accueillis avec soulagement à Farnham.

Le conseiller municipal Daniel Campbell et le maire Patrick Melchior sont d'avis que la MMA avait une large part de responsabilités dans cet accident ferroviaire qui a coûté la vie à 47 personnes.

« Il faut penser à toutes les coupures que ces compagnies ferroviaires ont faites à travers les années, les employés ne sont que des victimes collatérales », croit Daniel Campbell.

La gare de triage n'est plus la bienvenue

À Farham, il ne reste plus que la vieille gare à l'abandon, le dernier symbole de la tragédie dans le secteur.

Toutefois, depuis la faillite de la MMA, la Central Maine & Quebec Railway a pris la relève. Des discussions sont en cours avec la compagnie ferroviaire, car Farnham ne veut plus de centre de triage à cet endroit.

« Il y a eu une époque où c'était bien, mais maintenant avec toute la population autour, ça demeure préoccupant, souligne le maire, Patrick Melchior. Pour moi, c'est un cheval de bataille dans ma campagne, que le centre de triage sorte de la ville de Farnham. »

Selon le nouveau maire, la tragédie de Lac-Mégantic doit surtout servir à améliorer la sécurité.

Un sentiment partagé par le maire de Bromont, Louis Villeneuve, également préoccupé par la présence d'une voie ferrée près de sa municipalité.

« On souhaite tous que ça débarrasse. C'est une catastrophe nationale ce qui s'est produit à Lac-Mégantic. Ici, on a des wagons près de l'école et on est devant un nouveau développement immobilier », ajoute Louis Villeneuve.

La sécurité ferroviaire révisée

D'ailleurs, les travaux du comité responsable de la révision de la loi canadienne sur la sécurité ferroviaire s'accélèrent. Le groupe de travail, composé de trois personnes, doit remettre un rapport au gouvernement fédéral le 1er mai 2018.

Les enjeux des passages à niveau et de la proximité des voies ferrées comptent parmi les préoccupations du comité.

« Notre mandat est de revoir la loi sur la sécurité ferroviaire. De s'assurer qu'à travers cet événement terrible des modifications se fassent pour qu'une tragédie comme celle-là ne reproduise pas », explique sa vice-présidente et ancienne mairesse de Bromont, Pauline Quinlan.

La vice-présidente n'a pas souhaité se positionner sur la requête d'une coalition de citoyens de Lac-Mégantic pour entamer une commission d'enquête indépendante sur la tragédie du 6 juillet 2013.

Avec les informations de Jean Arel

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine