Retour

Fermeture de la résidence Treizième Nord : les locataires seront-ils dédommagés?

Les locataires évincés de la résidence pour personnes âgées Treizième Nord de Sherbrooke s'inquiètent de ne pas récupérer l'argent du loyer versé pour juin.

Les aînés de l'établissement situé sur la 13e Avenue Nord ont été informés jeudi qu'ils devaient se trouver un nouveau logement d'ici mercredi prochain.

Copropriétaire de la résidence pour personnes retraitées depuis 14 ans, Chantal Acteau soutient ne pas avoir le choix. Sans vouloir donner de chiffres, cette dernière signale que des travaux importants ont été effectués à la résidence au cours de la dernière année et que d'autres seraient nécessaires pour qu'elle soit conforme aux exigences du gouvernement, qui a resserré les normes au lendemain de la tragédie à L'Isle-Verte.

Les locataires de l'endroit payaient plus de 1000 $ par mois pour leur logement. Selon une résidente, qui souhaite garder l'anonymat par peur de représailles, on lui aurait refusé son remboursement même partiel.

De son côté, la propriétaire, Chantal Acteau, avoue ne pas avoir pris de décision à ce sujet.

Trois mois de loyer

Dans des cas d'éviction, la Régie du logement exige le remboursement de trois mois de loyer. Aussi, une compensation doit être versée pour le déménagement. La direction aurait dû également aviser le réseau de la santé au moins six mois avant la date de fermeture.

Le réseau de la santé de l'Estrie parle d'un délai exceptionnel, mais comme il s'agit d'une entreprise privée, il est impossible d'imposer une date de fermeture.

La propriétaire estime que cette règle ne s'applique pas lorsqu'une résidence ferme ses portes. Une affirmation que réfute l'Association des locataires de Sherbrooke. Son porte-parole, Normand Couture, soutient qu'il faut réviser rapidement la réglementation en la matière.

« On dirait que les propriétaires abusent de cette confiance et se donnent tous les droits. Comme il y a un flou juridique, ils ont l'impression qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent », déplore M. Couture.

L'Association des locataires rappelle que des recours existent pour aider cette clientèle souvent vulnérable. « On va s'assurer que les droits de ces gens soient respectés et qu'ils obtiennent les compensations auxquels ils ont droit. S'il faut que ça se rende en justice, on va les accompagner à la Régie du logement pour démontrer que c'est une éviction », assure le porte-parole de l'organisme.

Selon la propriétaire de la résidence, 23 des 25 locataires ont trouvé un nouveau lieu de résidence.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces