Retour

Front commun des Municipalités pour la protection de leur eau potable

Des municipalités de partout au Québec entendent se battre pour protéger leur eau potable. Elles sont plus de 250 à faire front commun pour obtenir une dérogation au Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection, adopté par Québec en août 2014. 

Un texte de Geneviève Proulx

Les MRC de Coaticook, du Haut-Saint-François et de Drummond font partie du front commun. La mairesse de Saint-Edmond-de-Grantham, Marie-Josée Auger, a été désignée comme porte-parole du front commun. Elle a obtenu une rencontre le 12 septembre à Drummondville avec le ministère de l'Environnement.

Ce règlement autorise les forages pétroliers et gaziers à un minimum de 500 mètres, une distance qu'elles jugent insuffisante. Le front commun des villes dans ce dossier découle d'une poursuite à laquelle fait face la municipalité de Ristigouche-Sud-Est. La compagnie Gastem qui lui reproche d'avoir adopté un règlement pour protéger ses sources d'eau potable.

Ces 253 municipalités regroupent 64 MRC et agglomérations et représentent plus de 600 000 habitants.

Plus d'articles

Commentaires