Retour

Fusillade à Québec : « Nous sommes tous perdants ce matin », dit le Sherbrookois Majid Blal

L'attentat terroriste survenu à Québec dimanche soir fait réagir à Sherbrooke. Malgré son profond chagrin, l'auteur d'origine marocaine Majid Blal se dit toutefois peu surpris.

« Le langage haineux contre les citoyens ou de culture musulmane s’est décomplexé, crescendo, depuis plusieurs années », dénonce-t-il. Et Sherbrooke n’est pas épargnée.

En 2013, Majid Blal a écrit un texte intitulé : « Soudain, j’ai peur ». On lui avait reproché à l’époque d’être alarmiste, mais il regrette aujourd’hui d’avoir eu raison.

« Je l’ai senti [venir] parce que je suis là ça fait 35 ans et j’ai connu le Sherbrooke des années 1980 et des années 1990. Je savais que quand les gens me contactaient, quand les gens me parlaient, on ne me demandait pas ma religion. Parce que la religion ce n’est pas une identité, c’est une confession.

Maintenant, quand on rencontre les gens, on nous pose la question : "est-ce que vous êtes musulmans?" Avant, on ne vous la posait pas.

Majid Blal

Majid Blal, qui est également président de l’Association des Marocaines et Marocains de l’Estrie, craint que les conséquences se fassent sentir à Sherbrooke. Il s’engage toutefois à continuer à dénoncer l’extrémisme religieux, tout comme l'extrémisme d'extrême droite.

Plus de détails à venir

Plus d'articles

Commentaires