Retour

Gestion des matières résiduelles : hausse de 53 % des tarifs chez Valoris

Les aléas du marché des matières résiduelles ont miné les prévisions financières de Valoris, qui a dû se tourner vers les contribuables et hausser de 53 % son tarif de traitement pour la gestion des matières résiduelles afin d'équilibrer son budget.

Un texte de Charles Beaudoin

Depuis le 1er juillet, le coût est passé de 84,24 $ la tonne à 129,24 $ la tonne, une hausse de 45 $ par tonne pour la Ville de Sherbrooke et les municipalités de la MRC du Haut-Saint-François.

« Les prévisions qui étaient à l'origine de la construction de Valoris ne se présentent pas, a simplement expliqué Jean-François Sornin, qui a pris la tête de l'organisme municipal en janvier dernier. Il y a des augmentations de tarifs qui viennent couvrir, en partie, cette réalité qu'il n'y a pas les revenus anticipés de 3,5 millions de dollars par année. »

La hausse représente un montant total de 688 000 $ à absorber pour Sherbrooke en 2017 et de 1,4 million de dollars l'an prochain, une augmentation que les élus ont accepté lundi soir, lors de la séance du conseil municipal. Pour les autres municipalités, la hausse a été fixée à 20 $ la tonne et le coût se situe maintenant à 114,24 $, « la seule stratégie » disponible actuellement, martèle le directeur général du centre de tri.

« Ce que j'ai constaté au départ, c'est qu'il y a très peu de hausses annuelles qui ont été faites au fil des années. Il y avait donc une notion de rattrapage. L'objectif, c'est de rendre le centre de tri le plus performant possible, de retravailler les éléments de rentabilité et en venir le plus rapidement possible à limiter ou diminuer la tarification. »

Les états financiers de Valoris, qui détourne 25 % des déchets résidentiels et 52 % de tous les déchets des sites d'enfouissement, ont été vérifiés et analysés au cours des dernières semaines afin de produire des données fiables. Malgré la hausse demandée par le centre de tri, le conseiller municipal Bruno Vachon s'est donc dit rassuré par la direction prise par l'organisme paramunicipal.

« J'ai l'impression qu'on allait de surprise en surprise, mais s'il y a un point positif à retenir de la présentation, c'est que pour une fois j'ai l'impression que le bateau est stabilisé, qu'on sait où on s'en va et combien ça va coûter. »

Plus d'articles

Commentaires