Retour

Granby : des familles recherchées pour être jumelées à des réfugiés syriens

Des 6000 réfugiés syriens qui seront accueillis au Québec, quelque 150 pourraient s'installer à Granby. Des familles sont présentement recherchées pour être jumelées avec ces nouveaux arrivants. 

Un texte de Geneviève Proulx

« L'idée derrière ça, c'est de faire profiter nos contacts, notre connaissance de la région à des gens qui arrivent qui n'ont aucune connaissance », explique celui qui voit au jumelage des familles, Jean-Luc Pître. Au cours des dernières années, il a été lui-même jumelé à quatre familles de réfugiés. 

Être jumelé n'implique pas d'engagement financier; il ne faut que donner du temps. « On parle de trois à cinq heures par semaine pendant le premier mois afin de faciliter leur accueil, leur intégration, aider à raccorder une sécheuse, leur montrer comment une laveuse fonctionne », donne-t-il en exemple. 

Ces jumelages sont des plus bénéfiques pour ces nouveaux arrivants. « S'ils ne sont pas jumelés, c'est l'organisme qui s'en occupe. Tandis que lorsqu'il y a un jumelage, les gens vont faire beaucoup plus de petites choses que nous pourrions le faire », explique la coordonnatrice de Solidarité ethnique régionale de la Yamaska, Johanne Ouellet.

Pour plusieurs, le lien créé entre les réfugiés et leur famille jumelle se transforme en amitié solide. 

À l'heure actuelle, cinq familles de Granby ont fait savoir qu'elles voulaient être jumelées à des familles syriennes. Une dizaine d'autres sont encore recherchées.

Depuis six semaines déjà, les autorités canadiennes analysent quotidiennement les dossiers de 100 réfugiés afin de réaliser l'ambitieux objectif du gouvernement fédéral d'en accueillir 25 000 d'ici la fin de l'année. Ceux-ci se trouvent actuellement au Liban, dans un camp dirigé par l'Agence des Nations unies pour les réfugiés. 

Jusqu'à 900 réfugiés devraient entrer au pays chaque jour, surtout à Montréal et à Toronto. Certains seront d'abord accueillis sur des bases militaires, qui se préparent déjà à leur arrivée. D'autres seront plutôt hébergés dans des hôtels ou des hôpitaux vacants.

À lire aussi : Accueil des réfugiés : le plan du Canada limité aux familles, femmes et enfants

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine