Retour

Grève d'hémodialyse : Cyrille Gibeault aura droit à des traitements à la maison

Le Gaspésien Cyrille Gibeault ne cessera finalement pas ses traitements d'hémodialyse. L'homme a accepté de s'administrer lui-même ses traitements à domicile.

Ce dénouement survient après que l'homme de Sainte-Anne-des-Monts ait rencontré des représentants du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent mercredi après-midi.

Cyrille Gibeault recevra une formation de huit semaines à Québec au cours des prochaines semaines. D'ailleurs, le CISSS de la Gaspésie tente d'offrir cette formation à Rimouski et en Gaspésie.

Cyrille Gibeault avait menacé d'interrompre ses traitements d'hémodialyse, puisqu'il devait parcourir près de 400 kilomètres, trois fois par semaine, pour les recevoir. Son fils, qui réside à Granby et qui souffre lui aussi d'insuffisance rénale, avait menacé de mettre un terme à ses propres traitements. Il a lui aussi décidé de les reprendre, mercredi.

Un combat pour les régions

Cyrille Gibeault veut néanmoins poursuivre le combat pour que l'hôpital de Sainte-Anne-des-Monts obtienne son propre service d'hémodialyse.

« La première chose qu'on fait, c'est qu'on incite les gens à aller vers les grands centres parce que les services sont là, mais il faut penser que les gens ont droit à des services partout au Québec », déplore son amie, Lucie Provencher.

Le député de Gaspé réclame une alternative aux traitements à la maison

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, soutient que l'hémodialyse à la maison ne devrait pas être la seule solution pour les gens des régions qui ne souhaitent pas se déplacer.

« Ça prend une certaine supervision, puis en région la moyenne d'âge est plus élevée que la moyenne nationale », rappelle M. Lelièvre.

Cyrille Gibeault n'est pas le premier à réclamer des services d'hémodialyse en Gaspésie. Ce printemps, un homme de Gaspé a entamé une grève de la faim pour avoir accès à ces traitements chez lui.

Plus d'articles

Commentaires