Retour

Grève mercredi à la Commission scolaire du Val-des-Cerfs

Les élèves fréquentant les écoles de la Commission scolaire du Val-des-Cerfs sont en congé forcé, mercredi. Les cours sont suspendus et les services de garde sont également fermés. Environ 275 000 enfants qui fréquentent des écoles francophones de Montréal, de Laval, de la Rive-Nord, de l'Outaouais et de la région de Granby sont touchés par cette grève. 

Un texte de Marie-Claude Lyonnais

De leur côté, les écoles des Commissions scolaires de la Région-de-Sherbrooke, des Bois-Francs, des Hauts-Cantons et des Sommets, qui ne sont pas associées à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), sont ouvertes, comme à l'habitude.

La FAE, qui représente environ le tiers des enseignants de la province, soit 34 000 professeurs, a décidé d'exercer son droit de grève le 30 septembre. Le syndicat prévoit tenir une grande manifestation à Montréal afin de mettre de la pression sur le gouvernement en vue du renouvellement de la convention collective. Du même coup, ils souhaitent dénoncer les compressions en éducation.

Deux autres journées de grève

La FAE a déjà annoncé la tenue de deux autres journées de grève, dont une entre le 14 et le 30 octobre. Par ailleurs, les syndicats affiliés à la Fédération syndicale de l'enseignement (FSE), qui représente 65 000 autres enseignants, sont en train de recueillir des mandats auprès de leurs membres afin de tenir six journées de grève tournante.

Ces journées de débrayage, qui pourraient être enclenchées sur une base régionale ou nationale, se tiendront en accord avec tous les syndicats faisant partie du Front commun. Celui-ci englobe aussi les enseignants des commissions scolaires anglophones, ainsi que les professionnels de l'éducation, les techniciens et le personnel de soutien, entre autres.

Étudiants également en grève

Les membres de l'Association générale des étudiantes et étudiants de la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke (AGEEFEUS), de même que ceux de l'Association générale étudiante de la Faculté des lettres et sciences humaines sont également en grève, cette semaine.

Les étudiants veulent ainsi dénoncer les compressions en éducation et appuyer les professeurs, dans leurs négociations pour la convention collective. L'AGEEFEUS a d'ailleurs tenu une manifestation, mardi, pour exprimer son désaccord face aux mesures d'austérité.

Une grève déplorée par le ministre de l'Éducation

Le ministre de l'Éducation François Blais déplore le mouvement de grève des enseignants de la Fédération autonome de l'enseignement. Le ministre Blais reconnaît que les journées de grèves sont légales, mais il regrette que les commissions scolaires aient refusé d'ouvrir les services de garde, invoquant des raisons de sécurité. 

« Nous, on a demandé aux commissions scolaires de laisser les services de garde ouverts comme une journée pédagogique normale, affirme-t-il. On est prêt à financer les commissions scolaires. Je regrette, mais aux dernières nouvelles, les commissions scolaires impliquées maintenaient le mot d'ordre qu'elles devaient être fermées, alors que les personnes qui travaillent dans les services de garde sont payées. C'est une perte pour les parents. »

Plus d'articles

Commentaires