Retour

Guatemala : un stage humanitaire prend tout son sens pour des Sherbrookoises

L'aide humanitaire apportée au Guatemala par un groupe en soins infirmiers du Centre 24-juin à Sherbrooke a pris un tout autre sens depuis qu'un volcan est entré en éruption.

La délégation sherbrookoise composée de cinq étudiantes, trois professeurs et d'un médecin est en stage au Guatemala, depuis le 29 mai, parce que la situation politique ne lui permettait pas de se présenter au Nicaragua comme les cohortes des années précédentes. Les membres de la délégation ne s'attendaient aucunement à se retrouver au centre d'une crise pareille.

« On a vu juste de loin l’éruption et on a eu des retombées de cendres et de petites pierres pendant deux heures. Ç’a complètement envahi Antigua, relate Geneviève Barry, infirmière et enseignante au Centre 24-juin. Ce qu’on a vu d’abord, ce sont les gens autour qui étaient tristes et affectés par la situation. On a regardé ce qu’on pouvait mettre en place avec les élèves. »

Selon le dernier bilan, l'éruption du volcan de Fuego a tué 99 personnes et près de 200 sont toujours portées disparues. Les Sherbrookoises installeront des cliniques médicales dans des zones sécuritaires à compter de jeudi pour offrir toute l'aide qu'elles peuvent dans les circonstances.

« Nos besoins sont au niveau des médicaments. On n’avait pas prévu cette catastrophe-là, alors nos médicaments ne sont pas adaptés à la situation actuelle et on nous demande de porter secours principalement aux gens qui ont des problèmes respiratoires et des irritations des yeux », explique Geneviève Barry.

« On va faire des cliniques médicales pour porter secours aux gens qui ont été évacués et donner beaucoup d’écoute. On va aller soigner l’âme des gens, parce que c’est une catastrophe et les gens n’ont personne pour les écouter. C’était une population déjà très pauvre et maintenant ils se retrouvent avec encore moins », déplore Geneviève Barry.

La population solidaire

Trois jours après la catastrophe, les autorités guatémaltèques n'ont plus espoir de retrouver des survivants. La résilience de la communauté et la solidarité affichée par les habitants est cependant impressionnante, affirment deux étudiantes.

« On a vu des gens qui étaient vraiment unis malgré la catastrophe. On est allés sur place hier après-midi et les gens étaient solidaires. C’est gratifiant pour notre milieu de santé à nous aussi », mentionne Marie-Soleil Roy.

« On a vu des chaînes de gens qui se passaient les sacs de vêtement, les sacs de nourriture, l’eau, opine à ses côtés Élizabeth Thibodeau. Les gens sont prêts à laisser leur appartement pour les familles. C’est vraiment quelque chose qui m’a marquée de voir que les gens sont solidaires. »

Le groupe doit revenir au Québec le 13 juin. D'ici-là, il invite la population à visiter sa page Facebook « SASI à l'étranger » et à effectuer des dons pour permettre l'achat de médicaments appropriés à la situation.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 faits que vous ignoriez sur les rêves





Rabais de la semaine