Retour

Hébergement illégal : Sherbrooke envisage des recours légaux 

La Ville de Sherbrooke a acheminé une vingtaine de dossiers de citoyens récalcitrants au Services des affaires juridiques de la Ville. Tous offrent de l'hébergement illégal de type AirBnB.

Un texte de Carl Marchand

Deux étudiants ont épluché les différentes plateformes en ligne au cours de l'été. Un total de 170 annonces ont été répertoriées et des avis ont été envoyés aux locateurs.

« La majorité des personnes que nous avons contactées ne savaient pas que ce qu'elles faisaient n'était pas confirmé », indique Michael Howard, directeur du Service de la planification urbaine et du développement durable.

Après l'intervention, 40 % des affichages non-conformes à la réglementation municipale ont été retirés. Les autres dossiers sont toujours sous analyse.

Les contrevenants s'exposent à un constat d'infraction de 2000 $, et de 4000 $ dans le cas d'une entreprise.

La Ville précise que les propriétaires et locataires peuvent offrir de l'hébergement de plus de 31 jours comme bon leur semble. Il faut cependant détenir un permis de Tourisme Québec et une autorisation municipale pour les séjours de durée inférieure.

Les citoyens qui souhaitent offrir de l'hébergement de courte durée peuvent d'ailleurs en faire la demande d'ici le 16 septembre dans le cadre de la refonte réglementaire.

 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine