Retour

Il y a 20 ans : la création du Festival des traditions du monde

Le Festival des traditions du monde de Sherbrooke (FTMS) souffle ses 20 bougies cette année. Deux acteurs importants de son développement se rappellent la genèse du festival, qui a bien changé au fil du temps.

Un texte de Marion Bérubé

En 1998, l'administrateur du FTMS, Francis Gagnon, était alors maire de Fleurimont. Il se rappelle très bien de la création du festival. L'idée de départ était de créer une exposition commerciale dans l'arrondissement. Le visionnaire y a vite donné un penchant multiculturel.

Malika Bajjaje venait tout juste de quitter son Maroc natal pour le Québec lorsqu'elle a été approchée par le FTMS dès la première année. « On m'a sollicité pour parler de mon pays d’origine. J'ai amené des objets d’art pour occuper un kiosque d’exposition. C’était pour moi une occasion de parler de ma culture avec les gens qui visitaient le festival. Dès la première année, ça m’a donné le goût de revenir », explique celle qui est désormais la directrice générale du FTMS.

À la découverte du monde

Malika Bajjaje aura laissé son empreinte sur le festival, notamment en instaurant les pavillons thématiques pour faire découvrir une nouvelle culture de fond en comble. « C'est le décor, la gastronomie, les prestations artistiques d'une région, c'est vraiment une expérience complète », élabore-t-elle. Les festivaliers découvriront cette année le shack d'Amérique, les portes de l'Asie et le pub irlandais.

Francis Gagnon a même joué le jeu pour le premier pavillon thématique sur les peuples du désert, l'ancêtre du palais de l'Orient. « J'ai pris des habits des gens de cette région-là et je les ai portés jusqu'à mon bureau! Je voulais être porteur de ce que le festival peut être. »

Les deux acolytes ont vu le potentiel du volet culturel pour rapprocher les différentes communautés de la ville.

Sans oublier le volet gastronomique, qui accorde une place de choix à la cuisine du monde chaque année.

Les deux administrateurs peuvent compter sur une armée de plus de 600 bénévoles pour les aider dans leurs tâches « Le défi du festival c’est qu'on transforme un stationnement en village du monde, ça prend vraiment des bénévoles qui sont dévoués à la cause », ajoute Malika Bajjaje.

Le FTMS se tiendra du 9 au 13 août prochain.

Plus d'articles

Commentaires