Retour

Immigration : l'Université Bishop's s'oppose aux politiques de Donald Trump

L'Université Bishop's n'exigera pas de droits d'admission aux étudiants provenant de l'Iran, de l'Iraq, de la Libye, de la Somalie, du Soudan, de la Syrie et du Yémen l'an prochain.

L'établissement de l'arrondissement Lennoxville à Sherbrooke a pris cette décision pour s'opposer aux restrictions à l'immigration du président américain Donald Trump.

Les frais d'admissions atteignent 65 dollars pour les demandes provenant du Canada même si elles sont envoyées par un étudiant étranger ou 100 dollars les demandes provenant de l'extérieur du pays.

« La diversité du campus joue un rôle important dans notre réussite », a affirmé Michael Goldbloom, principal et vice-chancelier de l'Université dans un communiqué.

« Soixante pays sont représentés sur le campus de l’Université Bishop’s, dont certains sont touchés par le décret présidentiel », indique Dan Seneker, directeur de l’effectif étudiant.

Une douzaine d'étudiants provenant des pays visés par le décret du président Trump fréquentent l'Université actuellement. Bishop's n'a pas indiqué combien d'étudiants pourraient bénéficier de cette mesure l'an prochain et quel en sera l'impact budgétaire.

Sur son site internet, l'établissement indique que les droits de scolarité exigés aux étudiants internationaux atteignent 18 000 dollars pour une année, comparativement à 2 330 dollars pour les étudiants québécois.

La date limite des demandes d'admission à l'Université est le 1er avril.

Plus de détails à venir...

Plus d'articles