Retour

Importante augmentation des noyades en rivière

Sur les 26 noyades survenues en 2015, 17 sont arrivées en rivières ce qui inquiète grandement la Société de sauvetage du Québec. Habituellement, on dénombre 40 % des noyades qui surviennent en rivière alors que cette année, cette statistique grimpe à 65 %.

Un texte de Geneviève Proulx

Le dernier en lice est survenu dimanche, à Ascot Corner. Le corps du pêcheur qui avait été emporté par le courant, dans la rivière Saint-François, dimanche après-midi a été retrouvé inerte. Les plongeurs de la Sûreté du Québec n'ont pas eu à chercher longuement avant de retrouver la dépouille de l'homme de 46 ans qui résidait à Sherbrooke.
L'homme pêchait sur une roche lorsqu'il a perdu pied et chuté dans l'eau, a indiqué Mélanie Dumaresq, porte-parole de la SQ. La victime, qui ne portait pas de veste de flottaison, est partie à la dérive peu avant 13 h 30 sans que ses deux compagnons de pêche ne réussissent à lui porter secours.

« À partir de 2012, il y a eu plusieurs noyades dans les piscines résidentielles. On s'est associé avec le gouvernement du Québec et avec l'ensemble de l'industrie des piscines résidentielles pour développer une campagne qui s'appelle baignadeparfaite.com qui en est à sa troisième année. On le voit, les chiffres sur le nombre de noyades sont en réduction. On souhaite faire la même chose par rapport aux plans d'eau naturels. Les rivières sont dangereuses et sournoises », indique le directeur général de la Société de sauvetage, Raynald Hawkins. 

Le courant trop intense, la témérité et l'inexpérience des victimes expliquent en partie le phénomène. Mais le plus inquiétant selon M. Hawkins, c'est que la majorité des noyades surviennent alors que les gens ne prévoyaient que se promener sur l'eau à bord d'une embarcation.

Même si de plus en plus de pêcheurs portent une veste de flottaison, plusieurs lèvent le nez sur elle par crainte d'avoir chaud ou d'être gênés dans leurs mouvements. Les professionnels indiquent qu'il existe des équipements plus légers ou qui se gonflent au contact de l'eau. « Malheureusement, le port de la veste de flottaison n'est pas fait pour le fun, mais pour se sauver la vie. C'est encore plus important de la porter en rivière parce que c'est là le plus dangereux à cause du courant. Il suffit d'une fraction de seconde, tu glisses sur une roche et tu es parti », rappelle le propriétaire du commerce Lachance Chasse & Pêche, Jean-Guy Lachance. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Le Sagittaire: le signe le plus chanceux?





Rabais de la semaine