Retour

Inquiétudes chez les médecins de Thetford Mines devant une centralisation « extrême »

Plusieurs mois après l'adoption du projet de loi 10, les médecins de Thetford Mines se mobilisent afin de dénoncer l'impact de la réorganisation des soins de santé sur leur hôpital. Selon eux, elle va entraîner une perte des services aux patients.

Dans une lettre envoyée au ministre responsable de la région, Laurent Lessard, les médecins du Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, secteur Thetford Mines, disent craindre que le milieu devienne un « simple spectateur » devant une « gestion centralisée à l'extrême ».

Ils donnent en exemple la fermeture du centre de documentation, la disparition progressive des services de laboratoire actuellement offerts à Thetford Mines et l'annulation du renouvellement de leur équipement de médecine nucléaire.

Une première rencontre 

Une rencontre a eu lieu vendredi matin avec la direction du CISSS Chaudières-Appalaches. Les médecins ont voulu partager leurs préoccupations face à la loi 10, mais cette rencontre n'a pas réussi à les rassurer. 

Le chef du département de médecine du CISSS Chaudière-Appalaches, Dr Jean Campeau, explique que les médecins ont voulu donner une chance au projet de loi. La lettre envoyée au ministre Lessard témoigne du fait que le dossier avance trop rapidement, selon eux. 

« On laissait la chance au coureur. Pour avoir rencontré le directeur général aujourd'hui, je pense qu'il voulait voir lui aussi comment ça évoluait tout ça, mais on s'aperçoit que ça va vite, ça va très vite, et on a de plus en plus peur d'être mis devant des faits accomplis. », mentionne-t-il. 

Une réorganisation avec les médecins

Le PDG du CISSS Chaudière-Appalaches, Daniel Paré explique que l'objectif de la loi 10 est avant tout de revoir certaines façons de faire. Il tend la main aux médecins.

« Écoutez, c'est quelque chose qui n'a jamais été fait auparavant. [..] On continue de discuter avec eux et on compte sur eux aussi pour la création de notre nouvelle organisation. D'ailleurs, il y en a plusieurs d'entre eux qui travaillent à la construction du CISS de Chaudières-Appalaches », soutient-il.

De son côté, le ministre Lessard affirme qu'il aurait préféré rencontrer les médecins avant la publication de la lettre. Il prévoit le faire sous peu.

« Vous savez, il y en a des deux côtés dans l'histoire. Je veux entendre les deux versions. J'ai entendu la version du directeur général, je veux entendre la version de mes médecins. Je vais demeurer très près de ce dossier. Je veux aussi que la réforme permette l'innovation. Ici dans la région, on a innové souvent, et il faut encore être en mesurer de le faire et de s'adapter », mentionne-t-il.

Plus d'articles

Commentaires