Retour

Interconnexion Québec-New Hampshire : le BAPE invite Hydro-Québec à bonifier son projet

Hydro-Québec devrait revoir son projet de ligne de transmission électrique vers le New Hampshire pour en limiter les impacts environnementaux et valider sa rentabilité financière, suggère le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Le projet d'interconnexion Québec-New Hampshire prévoit la construction d'une ligne sur une distance de 79,2 kilomètres et des investissements de 125 millions de dollars.

Le BAPE a dévoilé son rapport sur le sujet, jeudi. L'organisme estime que les revenus issus de la vente d'électricité en sol américain pourraient fluctuer en raison de plusieurs facteurs.

« Au regard des incertitudes soulevées, avant la réalisation du projet, Hydro-Québec devrait en valider la rentabilité économique, en considérant l'ensemble de ses coûts », écrivent la présidente de la commission d'enquête, Marie-Hélène Gauthier, et la commissaire Ursula Fleury-Larouche.

Forêt Hereford

Le tracé privilégié par la société d'État traverserait la Forêt communautaire Hereford, un territoire protégé. La future ligne de transmission fragmenterait encore davantage le secteur qui fait l'objet d'une servitude de conservation forestière, selon le BAPE. Le Bureau juge que les discussions entre les parties doivent se poursuivre « afin de limiter le plus possible les impacts de son projet sur ce territoire. »

Le BAPE croit également qu'Hydro-Québec devrait « évaluer de manière plus détaillée la possibilité d'enfouir la ligne sur la portion sud », un scénario écarté jusqu'à maintenant par la société d'État, parce que jugé trop coûteux.

Selon le rapport, cette option ferait augmenter de 11 % le coût total du projet, mais permettrait d'éviter le territoire de la Forêt communautaire Hereford.

Finalement, le BAPE estime qu'Hydro-Québec devrait mettre en place des mesures supplémentaires pour aider les propriétaires dont les terrains seraient traversés par la ligne dans leurs efforts pour maîtriser des espèces végétales envahissantes, dont le nerprun bourdaine.

C'est au conseil des ministres que revient la responsabilité d'approuver le projet. Les recommandations du BAPE ne sont pas contraignantes.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les animaux les plus laids





Rabais de la semaine