Retour

Investissements au mont Orford : une décision qui fait consensus 

Plusieurs acteurs du milieu social, politique et entrepreneurial de la région saluent la mobilisation des municipalités de la MRC de Memphrémagog pour soutenir le développement du mont Orford.

Selon eux, cet investissement de 2,5 millions de dollars par année sur cinq ans représente un levier important afin d'obtenir du financement supplémentaires de la part des deux paliers gouvernementaux et de partenaires privés pour revitaliser la montagne.

Un soulagement 

Cette annonce, l'ancien maire du Canton de Hatley, Pierre Levac, l'attendait depuis longtemps. Déjà, il y a 15 ans, il réclamait un consensus régional sur la manière de financer équitablement la montagne. « Tous ceux qui souhaitaient le développement de la grande région du Mont-Orford souhaitaient que ça arrive. C'est la réalisation d'un rêve que je souhaitais depuis longtemps »

Le soulagement est le même pour l'ancien président d'Orford 911, Jean-Bernard Bélisle. L'organisme avait été créé pour s'assurer de la pérénnité des activités du mont Orford. « Avant, nous étions divisés, nous avions une approche individu par individu, porte par porte. Là, on voit une décision collective. Je n'y vois que du positif », croit-il. 

Pour Tourisme Cantons-de-l'Est, cet investissement était devenu incontournable afin de répondre aux besoins des touristes qui demande une offre d'activités de plus en plus diversifiée aux stations de ski.

À la recherche de partenaires

La mairesse de Magog, Vicky May Ham se réjouit du « message fort » envoyé par la MRC de Memphrémagog. Sa municipalité sera celle qui investira le plus dans le projet avec un investissement de 94 500 $ par année. Toutefois, la mairesse tend déjà la main à d'autres partenaires, dont la Ville de Sherbrooke

Selon elle, la montagne représente un levier économique pour l'ensemble de la région. « Ils ne seront pas surpris de nous voir arriver. Ils ont contribué aux deux dernières années du Fonds de relance. Il y a beaucoup d'utilisateurs de Sherbrooke qui utilisent la montagne », explique-t-elle.

Cet investissement pourrait aussi permettre d'éclairer la montagne de nuit. Une idée qui suscite déjà un engouement de la part de certains entrepreneurs. Pour la directrice générale adjointe de l'Espace 4 saisons, Annie Brunelle, l'éclairage nocturne des pistes permettrait de faire concurrence au ski de soirée offert à Bromont. « Nous, ça nous intéresse », assure-t-elle.

La première phase du projet est évaluée à 12 millions de dollars et verra à transformer la station en un « centre d'attrait accessible à longueur d'année. Le projet inclut des volets social, culturel, événementiel et récréatif. »

Plus d'articles

Commentaires