Retour

Jean-François Rouleau quitte la vie politique

Après 27 ans passés à l'hôtel de ville de Sherbrooke, Jean-François Rouleau a annoncé, lundi matin, qu'il ne se représenterait pas aux prochaines élections municipales.

« La volonté de servir y est toujours, mais le plaisir et l'enthousiasme n'y sont plus », a-t-il dit en point de presse. Il a aussi indiqué que « la ville de Sherbrooke avait besoin d'un grand changement, mais ma réflexion m'a mené au fait qu'il ne faisait pas partie du changement. »

« Je ne vous cacherai pas que les huit dernières années, et tout particulièrement les quatre dernières, ont été très difficiles. Avec quelques collègues, nous avons siégé au sein d'un conseil municipal plutôt axé sur la confrontation et la partisanerie mesquine. J'ose espérer que les Sherbrookois utiliseront la prochaine occasion qui se présente à eux, soit le 5 novembre prochain, pour procéder aux changements qui s'imposent », a-t-il ajouté.

M. Rouleau espère que des candidats de plusieurs horizons poseront leur candidature. « Sherbrooke a besoin d'un véritable coup de barre. [...] Je rêve d'un conseil municipal où chacun sera libre d'émettre son opinion et où les débats sur les enjeux importants, touchant l'avenir de notre ville, se tiendront avec ouverture aux idées des autres et dans le respect de la différence. »

Conseiller du district de l'Université depuis 1990, Jean-François Rouleau a également été celui qui a présidé les célébrations entourant le 200e anniversaire de la Ville de Sherbrooke en 2002. Aussi, il a été le président du comité de candidature qui a permis à la Ville de Sherbrooke d'obtenir les Jeux du Canada en 2013.

C'est sous sa présidence que la Société de transport de Sherbrooke a négocié une entente avec l'Université de Sherbrooke unique qui voyait à offrir le transport en commun sans frais pour les étudiants.

En plus de ces réalisations, il a présidé le conseil d'administration de la Corporation du 200e anniversaire de Sherbrooke (Sherbrooke 2002). Il a agi comme président du conseil d'administration de la Société de transport de Sherbrooke (STS), société publique comptant 200 employés. C'est pendant son mandat que la STS a négocié une entente historique avec l'Université de Sherbrooke en vue du transport en commun sans frais pour les étudiants.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine