Retour

Jour 5 du procès d'Anthony-Tristan Bernard : la crédibilité de son ex-conjointe mise en doute 

L'ex-conjointe d'Anthony-Tristan Bernard était de retour à la barre jeudi, pour son contre-interrogatoire dans le procès concernant son ancien conjoint, accusé du meurtre prémédité de son père Alain Bernard.

La défense a tenté de miner la crédibilité de Marie-Pierre Mathieu en démontrant plusieurs contradictions entre ses propos tenus mercredi, et ce qu'elle a déclaré aux policiers en 2002.

Marie-Pierre Mathieu avait soutenu, mercredi, avoir obtenu des aveux de la part de son ex-conjoint, en 1995. Lors du contre-interrogatoire, la défense a présenté un document vidéo de l'interrogatoire de 2002, dans lequel elle répond sensiblement aux mêmes questions que celles de la défense. Les réponses divergent.

« Quant à moi, elle a été mise en contradictions à de multiples reprises [...] et elle a des sentiments vengeurs, envers mon client », soutient l'avocate de la défense Alexandra Longueville. C'est d'ailleurs ce sentiment de vengeance, selon elle, qui l'aurait poussé à se rendre au poste de police pour dénoncer son ex-conjoint.

Ce ne serait pas la première fois que la témoin aurait menti. Au cours du contre-interrogatoire, Me Longueville a tenté de démontrer qu'elle a également menti dans le passé à son époux, à sa fille, à ses créanciers et qu'elle aurait fraudé.

Marie-Pierre Mathieu s'est défendue sur son comportement passé en précisant qu'à cette époque, elle consommait des drogues. Depuis, elle s'est tournée vers la religion et elle s'est convertie aux témoins de Jéhova.

Les témoignages se poursuivent vendredi avec l'interrogatoire d'un agent d'infiltration, qui aurait approché les deux premiers accusés dans cette affaire, Alain Béliveau et Patrice Bernard, déjà condamnés pour meurtre, ainsi que l'accusé.

Plus d'articles

Commentaires