Retour

« Journée chaloupe » à Weedon après une crue record

La petite municipalité de Weedon vit ses pires inondations depuis longtemps. L'eau a monté à plus d'un mètre et demi et forcé l'évacuation de centaines de riverains du lac Louise et de la rivière Saint-François. Sans chaloupe, impossible pour plusieurs, samedi, d'avoir accès à leur maison.

« On dépasse les enregistrements des 30 dernières années. Ce n’est plus une crue printanière. On est dans une crue 20 à 100 ans, une crue exceptionnelle », observe tristement le maire de Weedon, Richard Tanguay.

Les derniers records remontent au milieu des années 2000. « Heureusement, se dépêche-t-il d’ajouter, on est malgré tout à 50 mm de moins en terme de hauteur que ce qui était prévu. Ça a l’air banal comme ça, mais c’est énorme. »

Selon lui, la lumière au bout du tunnel est cependant déjà visible. Dès dimanche, le niveau de l’eau doit commencer à diminuer.

Opération chaloupe

Pour certains riverains dont la résidence est inondée, cette lumière reste toutefois difficile à percevoir. « Il y a de l’eau partout. J’ai un chien dans la maison. Je veux voir [les dégâts] », lance Lyne Ruel. Assise dans la chaloupe de son voisin, elle salue sa solidarité. « Il n’y a pas personne de la Municipalité qu’on voit proche ou quelqu’un de la sécurité civile. Rien. Personne pour nous diriger. C’aurait été l’fun de voir quelqu’un pour nous rassurer », soutient-elle.

« Nous, l’eau a monté beaucoup cette nuit, témoigne pour sa part Corinne Harvey. On a du lousse avant que ça rentre dans la maison, mais ma roulotte est finie par contre. On a un pied d’eau dedans. »

Seule bonne nouvelle : la Municipalité doit rencontrer des représentants de Québec au plus tard la semaine prochaine à propos de possibles dédommagements. « Il y a des mesures qui vont être prises. Pour les résidents permanents, il y a une possibilité de dédommagement par les mesures d’urgence », explique le maire Tanguay.

En attendant, beaucoup reste à faire pour les résidents touchés. Date prévue de leur retour à la maison? Lundi, espèrent-ils. Si la météo continue de coopérer.

Avec les informations de Jean Arel

Plus d'articles