Retour

L'abattoir Viandes Laroche « enchaîné » par des manifestants réclamant une aide financière

Des employés de Viandes Laroche et des citoyens d'Asbestos refusent de croire que c'est bel et bien la fin pour l'abattoir. En signe de protestations, et pour réclamer de l'aide afin de redémarrer les activités de l'entreprise, plus de 200 personnes se sont réunies, samedi, pour former une chaîne humaine autour de l'usine.

Un reportage de Marie-Hélène Rousseau

L'inquiétude était palpable auprès des manifestants. Valérie Miljour-Leclerc et son mari ont tous deux perdu leur emploi. « Ça rentre dedans, on essaie de se revirer de bord le plus vite possible, mais... On a des paiements de voiture, de maison. Se retrouver à la rue avec quatre enfants, bientôt cinq, ce n'est pas évident », se désole Mme Miljour-Leclerc.

Ils ne sont pas les seuls à être durement touchés par cette fermeture. Une centaine de famille se retrouve aussi sans revenu. Le coup est dur à encaisser pour toute la région, déjà éprouvée depuis la mort de l'industrie de l'amiante.

Le président de Mine Jeffrey, Bernard Coulombe, s'inquiète de l'avenir de sa région.

Il croit qu'il est possible de relancer l'entreprise, mais pas sans un effort du gouvernement. Selon lui, le prix du bœuf est beaucoup trop cher et Viandes Laroche a besoin d'aide pour rester compétitif.

Québec a déjà puisé dans sa bourse

La députée libérale de Richmond, Karine Vallière, était présente à la manifestation. Elle a rappelé que le gouvernement du Québec a déjà octroyé près de 3 millions $ pour venir en aide à Viandes Laroche.

Des travailleurs aimeraient toutefois que l'entreprise puisse maintenant profiter du fonds de diversification économique de 50 millions $ de la MRC des Sources. Le problème? Ce fonds ne peut être utilisé comme aide d'urgence à une entreprise en difficulté.

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis, croit également qu'il faudrait changer la vocation initiale de ce fonds.

« Il faut qu'une demande soit adressée à Québec pour qu'on fasse preuve de plus de souplesse dans l'application de ces fonds de diversification là », souligne-t-il.

En plus de passer un message clair aux autorités, les manifestants tiennent aussi à apporter leur soutien aux propriétaires.

« Il nous a tellement aidés dans les dernières années, c'est à notre tour à l'aider », souligne ce manifestant.

Les employés n'ont pas l'intention d'abandonner la lutte, d'autres mobilisations du genre sont à prévoir au cours des prochaines semaines.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine