Retour

L'aide médicale à mourir, le choix de Martine Birobent

L'artiste de Danville Martine Birobent est morte comme elle a vécu, en assumant pleinement ses choix. Le 30 mars, elle a quitté les siens après avoir choisi l'aide médicale à mourir, emportée par un cancer fulgurant.

« Son univers était constamment en ébullition. Elle transformait tout ce qui lui tombait sous la main. Je me plais à dire que, jusqu'à un certain point, elle a choisi sa mort à cette image-là. Elle a voulu agir sur la matière », confie son compagnon de vie, Jean-Robert Bisaillon.

Pendant plus de trente ans, Martine Birobent a créé. En 2011, M. Bisaillon et Martine Birobent fondent la Galerie des Nanas. Mais le cancer est arrivé, inattendu, en janvier dernier. Ses facultés cognitives, sa motricité fine cessent alors de fonctionner.

« Elle n'était plus capable de créer, ce n'était plus la peine de vivre. Il y a plein de gens qui atteignent un [tel] stade dans la maladie. Heureusement que cette loi existe maintenant », confie M. Bisaillon. Pour Martine Birobent, le choix de l'aide médicale à mourir a été important.

« Ç'a été presque le point d'orgue de sa carrière artistique, aussi bizarre que ça puisse paraître. De le faire consciemment, dans la dignité, de le faire à titre d'exemple, parce que c'est encore très tabou », soutient-il.

Même si la décision a été mûrement réfléchie, le couple se retrouve tout de même en terrain inconnu.

« Ok, c'est la première fois que ça se fait, pas grave... Tout le monde va être un peu secoué, ça va pas se faire tout seul, mais le jeu en vaut la chandelle donc allons-y », raconte-t-il.

Le 30 mars dernier, donc, Martine Birobent a quitté les siens comme elle l'a choisi.

« On a chanté quelques tounes sur son lit de mort avant que le geste soit posé. À un moment donné, tu atteins un niveau où tu es assez serein avec la décision et avec ce qui est sur le point de se produire; c'est à ce moment-là que le geste doit être posé », croit M. Bisaillon.

Pour honorer la mémoire de Martine Birobent, la famille présente une rétrospective de ses oeuvres à la Galerie des Nanas, à Danville, jusqu'au 11 juin.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine