Retour

L'appel du Service d'aide aux Néo-Canadiens pour des bénévoles a été entendu

C'était salle comble vendredi matin au Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) de Sherbrooke, où se déroulait une séance d'informations pour les candidats bénévoles. Habituellement, une douzaine de personnes y assistent. Cette fois, ils étaient une trentaine.

« C'est sûr que le fait que c'était très médiatisé, avec les événements qui se sont passés récemment, les personnes se sentent plus mobilisées », explique la coordonnatrice de la banque de bénévoles du SANC, Jenny Lopez.

Les besoins sont grands devant l'arrivée imminente de nombreux réfugiés syriens, et les tâches à accomplir, nombreuses. Rien pour rebuter ces candidats.

« Comment on peut, nous, comme citoyens, aider? On se sent impuissant devant la souffrance, alors on se dit : ''Bon ben, c'est de venir donner un coup de main aux personnes qui arrivent" », explique l'une des candidates bénévoles, Marie-Claude Lapierre.

C'est aussi l'actualité qui a poussé Brigitte Robert, une autre candidate, à se porter volontaire.

Arabophones toujours recherchés 

Le SANC met toutefois la pédale douce sur le recrutement, car il dit avoir reçu suffisamment de candidatures pour répondre à ses besoins. L'organisme est cependant toujours à la recherche de personnes parlant arabe, comme c'est le cas de Rakan Alrushud.

Ce dernier, originaire de l'Arabie Saoudite, a d'ailleurs un vœu pour les nouveaux arrivants, qu'il a livré en arabe. « J'espère que vous vous amuserez, que vous profiterez de l'humanité, de la liberté, de l'égalité ici, et je vous souhaite une belle arrivée ».

Une autre formation pour les candidats bénévoles aura lieu lundi. Un comité de sélection doit également s'occuper de retenir ceux qui répondent à leurs critères.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine