Que ce soit pour la Saint-Jean-Baptiste ou la Fête du Canada, les feux d'artifice sont un incontournable de l'été.

Un texte de Louis-Philippe Bourdeau

Durant la belle saison, des centaines de spectacles pyrotechniques détonneront au plaisir des petits comme des grands. Derrière ces oeuvres éphémères se cachent des dizaines d'heures de travail. De la conception à l'installation, incursion dans l'univers des artificiers.

La pyrotechnie en vogue au Canada

L'engouement des Canadiens pour les feux d'artifice semble indéniable. Selon les plus récents chiffres de la Canadian National Firework Association, la vente de pièces pyrotechniques amateures et professionnelles a véritablement explosé entre 2003 et 2011. 

Comment ça fonctionne?

Il n'y a pas de feux d'artifice sans chimie. Chaque pièce pyrotechnique fonctionne à peu près selon le même principe.

Par exemple, une bombe est installée dans un mortier cylindrique. Lorsque sa mèche est allumée, une première charge de poudre noire se consume et émet un gaz suffisamment puissant pour propulser la pièce dans le ciel. On l'appelle la charge propulsive.

Une seconde mèche, située à l'intérieur de la bombe, est alors allumée. Lorsque cette flamme atteint une seconde charge de poudre noire au centre de la bombe, celle-ci explose et brûle du même coup des billes de poudre qui lui donneront sa forme et sa couleur spécifiques.

Des feux de toutes les couleurs

À l'intérieur de chaque cartouche, il y a des compositions métalliques différentes selon la couleur et l'effet souhaité.

 

Plus d'articles

Commentaires