Retour

L'Association québécoise des CPE demande l'abolition de la taxe famille

À Sherbrooke, à l'occasion d'une tournée régionale, l'Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) a fait valoir ses revendications budgétaires pour l'année 2017-2018 lundi matin.

Le président-directeur général, Louis Senécal, a soutenu que les services offerts dans les centres de la petite enfance (CPE) sont essentiels pour le développement des enfants. Il demande premièrement au gouvernement « d'abolir la taxe famille » et a rappelé que cette augmentation des frais de garde totalise 168 millions de dollars et représente « 7 % des surplus que le gouvernement a à sa disposition ».

M. Sénécal déplore que « le gouvernement ait « puisé cette somme dans les poches de parents au moment même où il coupait dans les subventions aux CPE. »

Pour l'Association, c'est le moment parfait pour rétablir l'équité fiscale et « d'abolir la modulation afin de faire en sorte que les parents qui fréquentent ces services ne soient pas surtaxés par rapport aux contribuables qui utilisent d'autres services publics sans pour autant avoir de barrière à l'entrée. »

En 2017, les CPE accueillaient plus de 92 000 enfants.

Plus d'articles