Retour

L'école les Ballets classiques de Richmond attirent de plus en plus les garçons

L'école les Ballets classiques de Richmond gagne en popularité. Depuis trois ans, la troupe est passée de 17 à 75 élèves. Parmi eux, de plus en plus de garçons.

Cette école, c'est le rêve de Cynthia Pigeon qui a notamment étudié au Conservatoire de danse de Montréal et qui a dansé dans des productions prestigieuses un peu partout dans le monde.

La fondatrice se réjouit par ailleurs de la présence de plus en plus importante de garçons au sein de la troupe. D'ailleurs, les deux garçons de Cynthia en font partie, ce qui a peut-être donné le goût à d'autres de s'impliquer. De un garçon à ses débuts, l'école en compte maintenant neuf.

Pour conserver leur intérêt, elle mise sur une approche différente. « J'ai tout d'abord commencé les classes avec les garçons en leur disant qu'il fallait qu'ils soient plus forts que les filles, qu'ils tournent plus vite, qu'ils sautent plus haut que les filles. Je voyais leurs yeux devenir grands grands grands », explique Cynthia Pigeon.

Âgés de 6 à 11 ans, les élèves sont de Richmond et de Sherbrooke. « On voyait bien que les garçons avaient du plaisir. C'est intéressant quand on fait des spectacles, on est stressé, on a hâte de faire notre numéro », affirme l'un des garçons du groupe.

« Moi, j'aime les sauts, les choses qui sont physiques. Je trouve que le ballet aussi c'est quand même un peu un sport », ajoute un autre jeune danseur.

Pour une deuxième fois, les danseurs présenteront Casse-Noisette pour leur spectacle de Noël. Le spectacle sera présenté au théâtre Centennial de l'arrondissement Lennoxville de Sherbrooke les 17 et 18 décembre. Les danseurs seront accompagnés de l'Ensemble à vent de Sherbrooke. Les deux spectacles sont déjà complets.

Pour cette production de Casse-noisette, les garçons interprètent notamment les soldats mécaniques et les danseurs russes.

« Je leur ai donné des personnages très animés, qui n'avaient pas nécessairement de technique, pour justement les garder. Si j'avais commencé avec de la technique, je crois qu'ils seraient partis », explique Cynthia Pigeon.

Plus d'articles

Commentaires