Retour

L'espace 100 noms de Sherbrooke : le restaurant où on « donne » les repas

Sur l'enseigne extérieure de L'espace 100 noms, un restaurant végétalien situé dans le secteur Lennoxville de Sherbrooke, il est écrit que les repas sont donnés. En fait, les gens sont invités à laisser ce qu'ils veulent dans une jarre à la fin de leur repas. 

Ce n'est pas la seule chose qui distingue l'endroit de ses compétiteurs. Le restaurant a été fondé par un collectif de 12 personnes en 2013. Aujourd'hui, ils sont plus de 41 membres qui s'autogèrent et s'autoentreprennent et qui remettent en question le « système économique qui ne contribue pas à nourrir un esprit de communauté et de partage ».

« La majeure partie des membres croient que la nourriture ne devrait pas être vendue et que ça devrait être distribué librement parce que les ressources d'abondance sont grandes. Il y a aussi énormément de pertes du côté de l'alimentation. C'est le désir de partager et de démontrer que c'est possible quand on rassemble l'abondance de chacun, on peut être abondant tous ensemble », explique l'une des membres, Kim Beaudoin.

Les 41 membres actifs du collectif s'impliquent au sein de L'espace 100 noms de différentes manières : en donnant des ateliers de yoga, en organisant des jams sessions ou en offrant des séances de bricolage aux enfants par exemple.

« Dans une optique de capitaliser sur du profit, ce n'est pas ce qui est le plus simple, le plus payant. Je n'ai pas beaucoup de biens chez moi. Je n'ai pas deux voitures à payer. Mon but, c'est d'être bien et de m'assurer que, en grandissant, ma communauté grandisse avec moi et, qu'à la fin de mes jours, je ne sois pas seule, mais plutôt accompagnée d'une gang de gens avec qui je me suis développée. On a envie de se soutenir. Ma richesse est plus là », ajoute Kim.

À L'espace 100 noms, on ne fait pas que remplir les estomacs. On cherche à nourrir les esprits aussi. « Je pense que la manière que la majeure partie des citoyens grandissent dans la société nord-américaine, c'est une façon où onne nous apprend pas la responsabilité. [...] La responsabilité, c'est "es-tu capable de répondre de tes actions?" C'est certain que quand tu rentres au travail pas parce que c'est ta motivation intrinsèque, mais parce que tu as un horaire et une paye qui t'attendent, tu ne le fais pas par choix, mais parce quelqu'un te l'impose. À L'espace 100 noms, c'est toujours ta responsabilité qui va faire en sorte que les choses fonctionnent ou ne fonctionnent pas. Si ça ne fonctionne pas, ce n'est pas grave, mais ça va te demander à toi d'être capable de répondre de tes actions. Oui, c'est insécurisant, mais grandir, c'est insécurisant », analyse Kim Beaudoin. 

Les contributions des clients permettent de réinvestir dans les divers projets de L'espace 100 noms comme des jardins, des ateliers, des projections de documentaires, des discussions. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine