En Estrie, comme partout ailleurs au Québec, les pancartes électorales ont fait leur apparition vendredi dès minuit. La campagne électorale municipale est lancée dans plus de 1000 municipalités.

À Sherbrooke, deux parties politiques s'affrontent, le Renouveau sherbrookois et Sherbrooke citoyen avec à leur tête respectivement, Bernard Sévigny et Hélène Pigot. L'indépendant Steve Lussier lorgne aussi la mairie.

Les enjeux sont multiplesà Sherbrooke cette année. Outre les comptes de taxes, il y a la disparition possible de référendum que les municipalités peuvent remplacer par une consultation publique. Aussi, y'aura-t-il un impact avec le nouveau découpage des territoires des arrondissements? La réforme de la gouvernance adoptée en 2014 par le conseil municipal de Sherbrooke fait passer de 19 à 14 le nombre d'élus et de six à quatre le nombre d'arrondissements.

Pour Alexandre Cusson à Drummondville et pour Vicky-May Ham à Magog, la course semble se dessiner sans opposition. La mairesse sortante de Magog brigue la mairie pour un troisième et ultime mandat.

À Victoriaville, André Bellavance, élu lors d'une élection partielle, souhaite continuer pour un deuxième mandat.

Pascal Bonin et Yves Bélanger sont candidats à l'obtention du poste de maire de la Ville de Granby. Du côté de Lac-Mégantic, le maire Jean-Guy Cloutier, a décidé de céder son siège après un seul mandat. La conseillère Julie Morin et le journaliste Ronald Martel souhaitent le remplacer.

Les mises en candidature sont acceptées jusqu'au 6 octobre, 16 h 30.

Les électeurs sont appelés aux urnes le 5 novembre prochain. Depuis 2005, toutes les municipalités tiennent des élections en même temps.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine