En Estrie, comme partout ailleurs au Québec, les pancartes électorales ont fait leur apparition vendredi dès minuit. La campagne électorale municipale est lancée dans plus de 1000 municipalités.

À Sherbrooke, deux parties politiques s'affrontent, le Renouveau sherbrookois et Sherbrooke citoyen avec à leur tête respectivement, Bernard Sévigny et Hélène Pigot. L'indépendant Steve Lussier lorgne aussi la mairie.

Les enjeux sont multiplesà Sherbrooke cette année. Outre les comptes de taxes, il y a la disparition possible de référendum que les municipalités peuvent remplacer par une consultation publique. Aussi, y'aura-t-il un impact avec le nouveau découpage des territoires des arrondissements? La réforme de la gouvernance adoptée en 2014 par le conseil municipal de Sherbrooke fait passer de 19 à 14 le nombre d'élus et de six à quatre le nombre d'arrondissements.

Pour Alexandre Cusson à Drummondville et pour Vicky-May Ham à Magog, la course semble se dessiner sans opposition. La mairesse sortante de Magog brigue la mairie pour un troisième et ultime mandat.

À Victoriaville, André Bellavance, élu lors d'une élection partielle, souhaite continuer pour un deuxième mandat.

Pascal Bonin et Yves Bélanger sont candidats à l'obtention du poste de maire de la Ville de Granby. Du côté de Lac-Mégantic, le maire Jean-Guy Cloutier, a décidé de céder son siège après un seul mandat. La conseillère Julie Morin et le journaliste Ronald Martel souhaitent le remplacer.

Les mises en candidature sont acceptées jusqu'au 6 octobre, 16 h 30.

Les électeurs sont appelés aux urnes le 5 novembre prochain. Depuis 2005, toutes les municipalités tiennent des élections en même temps.

Plus d'articles

Commentaires