Retour

L'exploitation sexuelle des mineurs est présente aussi à Sherbrooke

Sherbrooke n'échappe pas au phénomène de l'exploitation sexuelle sur des mineurs. Le Service de police et le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) le confirment.

Difficile de dresser un portrait en chiffres, mais les policiers admettent que des jeunes leur partagent parfois certains témoignages.

Depuis quelques semaines, plusieurs cas de jeunes filles portées disparues et qui pourraient avoir été recrutées par des réseaux de prostitution juvéniles ont été rapportées, notamment dans la région de Laval. Une situation qui inquiète plusieurs adolescentes.

Les recruteurs utilisent les réseaux sociaux et se postent sur des terrains près d'écoles secondaires et dans certains lieux publics, explique la présidente du CALACS de l'Estrie, Marie-Michelle Witlock. Ils sont actifs et leurs actions ne sont pas marginales, croit-elle.

Pour éviter de tomber dans un piège, la prévention reste le meilleur moyen. Les intervenants martèlent que les parents et les adultes ont un rôle important à jouer, en préservant des liens de confiance avec les jeunes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine