Retour

L'explosion chez Neptune Technologie à Sherbrooke, 5 ans plus tard

Il y a cinq ans, le 8 novembre 2012, un épais nuage de fumée tapissait le ciel de Shebrooke. Une explosion à l'usine Neptune Technologie, dans le parc industriel, causait la mort de trois personnes et en blessait 17 autres. Ce triste événement est encore présent dans la mémoire de plusieurs Sherbrookois.

Un texte d'Émilie Richard

L'explosion chez Neptune Technologie a mobilisé les secours pendant de nombreuses heures. En cet après-midi de novembre 2012, les appels d'urgence se font entendre. Le directeur adjoint du Service des incendies de la Ville de Sherbrooke, Daniel Gingras, s'en souvient encore, lui qui était en congé ce jour-là.

« Lors de l'explosion, il y a eu un niveau d'alarme qui a monté rapidement. Les ressources ont été appelées. Je me souviens d'avoir eu ma pagette qui a sonné comme étant membre de l'état major. J'ai été rappelé au travail pour aller porter main-forte à mes confrères », explique-t-il.

Sur les lieux de l'explosion, l'inquiètude se fait sentir chez les pompiers parce qu'une deuxième déflagration pouvait survenir.

Daniel Gingras explique que le souffle de l'explosion a complètement détruit des espaces de travail. Dans un bureau, par exemple, les tables de travail étaient toutes empilées et le plafond suspendu complètement décroché.

L'événement est tel que des problèmes majeurs de circulation compliquent le déplacement des automobilistes.

Un large périmètre de sécurité est mis en place. Des maison et des commerces sont évacués et l'autoroute 10 est fermée. Les voies de circulation vers l'ouest de Sherbrooke sont congestionnées parce que les gens arrêtaient pour regarder la scène et ils se demandaient quel trajet emprunter.

La tragédie de Neptune Technologie a motivé l'équipe du Service des incendies de la Ville de Sherbrooke à continuer de faire des plans d'intervention. Les pompiers connaissent maintenant mieux les parcs industriel et immobilier de la ville. Ils sont davantage outillés pour mieux intervenir, et ce, plus rapidement.

Plus d'articles

Commentaires