Retour

L'investissement de 52 M$ confirmé chez Kruger de Sherbrooke

Le gouvernement du Québec confirme une subvention de plus de 52 millions de dollars à l'usine Kruger de Sherbrooke pour lui permettre de délaisser la production de papier journal au profit de papiers spécialisés.

Au cours des trois prochaines années, l'équipement sera transformé afin de pouvoir produire du papier de spécialité qui pourrait être utilisé, par exemple, pour emballer des sachets de sel, de sucre, ou encore des pains de boulangerie à base de filament de cellulose, un procédé développé par Kruger. D'ici trois ans, l'usine de l'arrondissement Brompton aura cessé complètement la production de 200 000 tonnes de papier journal par année et se consacrera exclusivement aux nouveaux produits, tel que rapporté par Radio-Canada jeudi.

« Notre projet de diversification va transformer l’usine et assurer des revenus à des centaines de familles en Estrie », s'est réjoui le président de l'entreprise, Joseph Kruger. « J’en suis très fier. Bien sûr, le support du gouvernement du Québec a été essentiel », a-t-il ajouté.

« Je suis particulièrement enthousiaste, parce que c’est un projet qui marque un nouveau chapitre de Kruger dans des secteurs en croissance, a quant à lui mentionné François D'Amours, vice-président de Kruger. Le filament de cellulose permettra la fabrication de papiers de spécialité qui seront plus écologiques et plus performants que les produits fabriqués à base de produits chimiques actuellement offerts. »

Transaction majeure

Au total, il s'agit d'une transaction de 377 millions de dollars qui prévoit le regroupement de tous les actifs des usines de Wayagamack, du secteur de Cap-de-la-Madeleine, de Trois-Rivières, et de Sherbrooke sous une nouvelle entité, Kruger Holding. L'entreprise et le gouvernement du Québec ont conclu un partenariat en vertu duquel Investissement Québec accorde des prêts et une garantie de prêt totalisant 59,8 millions de dollars, et acquiert une prise de participation de 37,5 %, soit 44,6 millions de dollars.

« C’est une grosse transaction pour l’état, a qualifié le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui participait à la conférence de presse tenue depuis l'usine de Sherbrooke vendredi. Ça met en jeu 576 jobs, dont 576 familles, qui vont être préservées. »

À Sherbrooke, l'investissement permettra de préserver plus de 210 emplois, au grand bonheur de Joseph Kruger, dont le père a acquis la papétière en 1950 alors qu'elle était au bord de la faillite.

« J’ai donné cette partie de l'entreprise (la part de 37,5%) pour m’assurer qu'elle allait survivre. Mon père a acheté le moulin en 1950 et je ne voulais pas être celui qui fermerait l'usine. S’il était ici aujourd’hui, mon père serait très fier. Tout le monde ici sont des employés dédiés », a insisté M. Kruger.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine