Retour

La candidate à la mairie de Sherbrooke, Hélène Pigot, hausse le ton

À moins d'une semaine du scrutin dans les municipalités du Québec, la candidate de Sherbrooke citoyen cible l'intégrité du maire sortant Bernard Sévigny. Celui-ci réplique en disant qu'il s'agit d'une campagne de dénigrement.

Mme Pigot dit s'inquiéter sérieusement des conséquences sur Sherbrooke si Bernard Sévigny est réélu pour un troisième mandat.

À titre d'exemple, elle rappelle les quatre contributions illégales de 1000 $ versées au Renouveau sherbrookois lors des élections de 2009 que le parti a remboursé depuis. Elle ajoute aussi que le maire « se traine les pieds » pour aller chercher l'argent de la collusion en faisant référence à la firme Sintra qui a avoué avoir fait de la collusion à Sherbrooke.

Hélène Pigot est également revenue à la charge avec le projet de revitalisation du centre-ville, Well inc. En plus de dénaturer l'endroit, elle critique l'octroi d'un contrat sans appel d'offre à un consortium privé dans ce dossier, en soulignant surtout les liens du maire avec ce consortium.

« Ce qui m'inquiète, c'est que cette exclusivité a aussi été donnée à un contributeur régulier de la caisse électorale de M. Sévigny. On peut se poser des questions », lance-t-elle.

Bernard Sévigny nie les accusations d'Hélène Pigot.

Sur le site du Directeur général des élections du Québec, il est indiqué que Charles et Denis Custeau, qui font partie du consortium privé, ont bel et bien contribué au Renouveau sherbrookois à hauteur respective de 600 $ et 400 $ chacun depuis 2013. Selon le maire sortant, c'est en leur nom personnel et ça n'a pas influencé le choix de l'attribution du contrat de Well inc.

Rien de tout ça n'est toutefois illégal.

La politologue et directrice de l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke, Isabelle Lacroix, mentionne que les campagnes se corsent en fin de parcours.

« Ça veut dire que le temps est très bref pour marquer des points. De quelle façon on peut marquer des points? Notamment en allant chercher l'émotion des gens, ce n'est pas banal cet aspect-là. Il faut mobiliser les gens pour qu'ils sortent voter », ajoute Mme Lacroix.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine