Retour

La Catalogne dans « l'incompréhension », selon une observatrice sherbrookoise

Des militants de l'Association péquiste de l'Université de Sherbrooke partis observer le référendum sur l'indépendance de la Catalogne soutiennent que les Catalans ne comprennent pas les agissements des policiers espagnols, qui ont fait plus de 760 blessés dimanche.

« Ils vivent difficilement les événements, explique la présidente de l'Association péquiste de l'UdeS, Corinne Prince. Ils ont l'impression de revivre la dictature qu'ils ont déjà connue [celle du Général Franco, jusqu'en 1975]. Il y a une certaine incompréhension des agissements du gouvernement espagnol, puisque les Catalans sont un peuple très pacifique et la seule chose qu'ils souhaitent, c'est exprimer leur vote. »

Les images de la répression du référendum sur l'indépendance de la Catalogne par les forces policières de la Guardia Civil, la police nationale espagnole, ont fait le tour du monde et suscité l'indignation dimanche. Des électeurs ont été frappés, matraqués, tirés par les cheveux ou encore jetés violemment au sol par les forces de l'ordre.

« La situation est très tendue. Toute la journée, ç'a été comme ça. Pendant la journée, j'étais à Gérone, une autre des villes principales de Catalogne, où on a visité plusieurs bureaux de vote et la moitié des bureaux de vote ont subi de la répression policière des policiers espagnols. Les policiers fonçaient sur des personnes qui faisaient des chaînes humaines afin de protéger le droit de vote à leur bureau », relate Mme Prince.

« J'ai aussi vu de belles choses, exprime-t-elle toutefois. Il y a des personnes âgées qui étaient présentes pendant le régime de Franco qui sont allées voter et qui pleuraient en mettant leur bulletin de vote dans les urnes. La solidarité catalane était très présente et c'était beau à voir. »

La tension se poursuivra au cours des prochaines heures et des prochains jours, alors que le résultat du scrutin risque de semer la controverse, peu importe le résultat.

« Il peut y avoir une réaction instantanée, une réponse très forte du non ou de la corruption. Une chose est sûre, probablement que le référendum va être contesté par les autorités espagnoles », résume Corinne Prince.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine