Retour

La crainte d'un autre déraillement toujours présente chez les jeunes de Lac-Mégantic

La crainte d'un autre déraillement est toujours présente chez les jeunes de Lac-Mégantic. C'est un des éléments qui ressort d'une première enquête de santé menée chez les jeunes Méganticois âgés entre 10 et 25 ans à la suite de la tragédie ferroviaire de 2013.

L'enquête de santé, réalisée à l’hiver 2017 auprès de 1000 jeunes Méganticoises et Méganticois, a été menée à la demande de la Table des partenaires de la communauté de Lac-Mégantic afin de brosser un portrait global de l’état de santé de cette génération d’adultes en devenir.

Pour une majorité de répondants exposés à la tragédie, une plus forte présence de facteurs négatifs est décelée selon les résultats de cette enquête. Les jeunes qui ont répondu au sondage disent se sentir inquiets dans leur ville. Un certain nombre d'entre eux ont l'intention de quitter Lac-Mégantic au cours des trois prochaines années.

Les répondants estiment qu'il y a un manque de considération à leur égard et que les lieux de rencontres et le nombre d'intervenants psychosociaux sont insuffisants.

Les auteurs de l'enquête notent plusieurs similitudes avec les enquêtes qui ont été réalisées dans le passé auprès des adultes. La détresse psychologique est présente.Cette première enquête chez les jeunes âgés de 10 à 25 ans fait suite aux trois enquêtes précédentes qui avaient permis de connaître l'évolution de l'état de santé global des adultes de la communauté de Lac-Mégantic gravement touchée par le déraillement du train il y a 4 ans.

Chaque année depuis la tragédie, la direction de la Santé publique mène ce type d'enquête, mais auprès des adultes de 18 ans et plus. La plus récente étude menée et dévoilée en janvier dernier révélait que les manifestations de stress post-traumatique avaient diminué de 18 % pour atteindre 49 %. Toutefois, 40 % des personnes fortement exposées à la tragédie continuaient de présenter une détresse psychologique.

La consommation de médicaments, particulièrement les anxiolytiques, avait presque doublé en un an, pour atteindre 29 pour cent. Les personnes ont toutefois été plus nombreuses à aller chercher de l'aide psychologique ou médicale.

Plus de détails à venir...

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine