Retour

La Fromagerie Nouvelle-France s'installera à Racine

Depuis sa création, la Fromagerie Nouvelle-France n'a jamais cessé de croître. Sa production est 10 fois plus importante qu'en 2010. Le moment est maintenant venu de concrétiser le plan initial : construire une fromagerie à Racine, où se trouvent déjà la bergerie et le magasin.

Un texte de Christine Bureau

« Ça va faire en sorte que je vais moins me diviser et diviser mon énergie et c’est sûr que je vais m’éviter du transport! » lance la copropriétaire Marie-Chantal Houde. Depuis ses tout débuts, la fromagère occupe une partie des locaux de la Fromagerie du Presbytère à Saint-Élizabeth de Warwick, un tout petit village du Centre-du-Québec situé à une soixantaine de kilomètres de Racine.

« C’est surtout la gestion des deux endroits qui est plus compliquée. Après neuf ans, c’est le temps », sourit-elle.

Le partage a longtemps fait l’affaire des deux entreprises, mais, aujourd’hui, les fromageries font face à une croissance fulgurante. Nouvelle-France est devenue au fil du temps le plus gros transformateur de lait de brebis du Québec et les nouvelles sont tout aussi bonnes du côté du Presbytère. « On a de beaux problèmes ici. Ça a été une croissance très, très, très rapide. On multiplie par deux régulièrement », se réjouit Jean Morin, copropriétaire de la Fromagerie Nouvelle-France.

Le déménagement de la Fromagerie Nouvelle-France lui permettra à lui aussi d’agrandir.

Si la production de lait de la ferme familiale suit, il prévoit doubler sa production. « Actuellement, c’est 1 million de litres de lait et, éventuellement, 2 millions de litres de lait pourraient être transformés ici », soutient-il.

Le choix du terrain n’est pas encore arrêté pour Marie-Chantal Houde. Elle se donne un échéancier d’un an et demi avant l’ouverture de sa fromagerie à Racine et, bonne nouvelle pour les amateurs : les deux fromagers vont continuer la production de leur Pionnier, fait à partir d’un mélange de lait de brebis et de vache.

« C’est une belle collaboration qu’on a eue avec [Marie-Chantal]. On a été en mesure d’échanger plein de bons services, des façons de faire, de vendre et de communiquer aussi sur ce qui se passe et notre façon de philosopher sur la ruralité est la même », indique-t-il.

« Comme Jean le dit tout le temps : "Tant vaut le fromage, tant vaut le village!" », résume en riant Marie-Chantal.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les régimes: 10 mythes tenaces