Retour

La livrée des forêts frappe le parc du Mont-Orford

Ceux qui habitent la région d'Orford l'ont sans doute remarqué : les arbres ont pris une couleur inhabituelle, donnant presque des allures automnales au paysage du Mont-Orford, en plein mois de juillet.

Or, ce n’est pas le changement de saison qui est en cause, mais une sorte de chenilles, la livrée des forêts, un insecte de type ravageur bien de chez nous, qui n’a rien d’exotique.

Le phénomène observé au Mont-Orford s'appelle la défoliation. C’est l’œuvre des chenilles qui vont manger les feuilles des arbres pour se préparer à former leur cocon.

En Estrie, les invasions de la livrée des forêts surviennent aux 12 ou 13 ans. Le phénomène est naturel, selon la responsable conservation et environnement au parc du Mont-Orford, Claudia Lascelles.

« Ils ont vraiment leur place dans le système forestier. Un peu comme dans le Nord du Québec, c'est les feux de forêt qui contrôlent la santé des forêts dans un cycle normal, bien dans le sud du Québec, c'est des ravageurs qui font le travail », soutient-elle.

L’équipe de conservation du Mont-Orford va porter une attention particulière aux amas d'oeufs que vont produire les papillons au cours des prochains mois. C’est seulement ensuite que les experts pourront déterminer si des actions devront être prises contre la livrée des forêts en 2018.

Encore en changement

Les arbres bruns ont déjà été remarqués par de nombreux baigneurs, constate Hugo Faucher, responsable des sauveteurs du lac Stukely. Car bien souvent, ce sont vers les sauveteurs qu’ils se tournent pour poser leurs questions.

« Ça arrive quand même assez régulièrement que les gens viennent nous demander c'est quoi le changement », affirme-t-il.

Les habitués n'ont d'ailleurs pas terminé de voir le mont Orford changer.

À la fin du mois d’août, les arbres les plus forts qui ont été victimes de la livrée des forêts vont refaire pousser leurs feuilles comme si c’était le printemps.

Plus d'articles

Commentaires