À l'approche de la nouvelle saison de hockey, les amateurs se réunissent entre amis ou entre collègues pour rivaliser autour d'un pool.

« Ça rajoute un petit quelque chose de suivre toutes les activités de la Ligue nationale de hockey (LNH). C'est intéressant d'avoir notre petite équipe à nous », confie Pascal Morin, qui est un pooler depuis 15 ans.

« On se ramasse dans un sous-sol, dans un pub ou dans un bar. On est en ordre de sélection et on va choisir un joueur après l'autre. C'est une ambiance festive », ajoute Mathieu Beaurivage, pooler depuis une dizaine d'années.

L'arrivée des nouvelles technologies mobiles et des plateformes en ligne a permis de repousser les limites des pools de hockey. Si, auparavant, on pariait essentiellement sur la production des joueurs et sur l'équipe gagnante, on peut aujourd'hui parier sur le nombre de minutes de pénalités, le différentiel, les tirs au but et moult autres statistiques.

Toutefois, les nouvelles possibilités ne rendent pas le choix plus facile.

« Les premières années, je faisais tout le temps mon pool avec le classement des pointeurs de l'année précédente, lance Vincent Proulx. Maintenant, il y a des revues, avec des prédictions, des projections. Il y a plein d'experts qui analysent le potentiel de chaque joueur. C'est quasiment plus mêlant, car on ne sait plus qui croire! »

Plus d'articles