Retour

La rentrée au cégep : véritable casse-tête pour les employeurs

Plus de 6000 étudiants ont repris le chemin des classes mercredi au Cégep de Sherbrooke. Cette rentrée scolaire, qui a lieu à la mi-août, pose problème à plusieurs entreprises de l'industrie touristique, qui emploient majoritairement des étudiants pendant la saison estivale.

Un texte de Geneviève Proulx

Seulement à la Mine Capelton, à North Hatley, 10 des 17 guides sont des étudiants du Cégep et ne peuvent donc plus travailler les jours de la semaine. « Les entreprises touristiques sont pénalisées. Aujourd'hui, j'ai finalement annulé la visite de midi pour être certaine de ne pas manquer de personnel », explique Geneviève Vallières, coordonnatrice des activités à la Mine.

La Mine Capelton n'est pas la seule à se casser la tête en cette période de rentrée scolaire. Tourisme Cantons-de-l'Est estime que plus de la moitié des attractions touristiques sont touchées. « C'est tellement compliqué que de gérer les employés et le départ des étudiants. Il y a même des entreprises qui sont obligées de fermer les plages horaires, qui ferment la semaine », soutient le directeur général de Tourisme Cantons-de-l'Est, Alain Larouche.

Au cours des dernières années, le milieu touristique a multiplié les demandes auprès du gouvernement afin que des changements soient apportés au calendrier scolaire. « À moins que le gouvernement considère le tourisme comme un secteur économique important et tellement important, que l'on doive trouver des solutions aux trois ou quatre ministères concernés, je ne vois pas de solution », ajoute M. Larouche.

Calendrier compliqué

De son côté, la direction du Cégep de Sherbrooke ne voit pas comment le calendrier pourrait être différent en raison de nombreuses contraintes. « Pour organiser un calendrier scolaire, il y a beaucoup de règles et de contraintes à respecter. Notre calendrier est adopté par le conseil d'administration après une large consultation du milieu. Dans le règlement sur le régime des études collégiales, on nous demande d'avoir un calendrier d'au moins 82 jours de cours et d'évaluations. Si on fait le calcul, ça fait 16 semaines et un peu plus. Nous avons eu des demandes répétées des étudiants pour avoir une semaine d'études et d'encadrement à l'automne. Ça ne nous donne plus beaucoup de marge », explique la directrice du Cégep, Marie-France Bélanger.

Des organismes souhaitent également que le calendrier scolaire collégial soit coordonné avec celui du primaire et du secondaire. L'Association sportive des jeunes handicapés de l'Estrie a écrit au ministère de l'Éducation ainsi qu'à plusieurs députés, leur demandant de repousser la rentrée collégiale d'une semaine. Cet organisme est pénalisé, car nombre de leurs intervenants doivent partir à l'école.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine