Tiré du studio où il enregistre son quatrième album, l'auteur-compositeur-interprète Alexandre Poulin est revenu sur ses souvenirs reliés à la Fête nationale et sur sa signification. 

« C'est la fierté avant tout. La fierté d'être qui je suis, de qui on est comme peuple. Par rapport à mon métier, c'est aussi rempli de rêves d'enfants, d'adolescents, de chansons autour de feux de camp. C'est aussi de souligner cette diversité à laquelle j'étais moins sensible quand j'étais plus jeune ou adolescent et qui prend tout son sens aujourd'hui. »

C'est d'ailleurs à Sherbrooke, lors de la Fête nationale, que le chanteur a gratté la guitare en public pour la première fois. « Un de mes souvenirs les plus marquants, c'est à 14 ou 15 ans, c'est d'avoir joué au parc Chauveau. On avait gagné avec des amis un concours avec un groupe qui n'existait pas. Quelques minutes avant de monter sur scène, il fallait se trouver un nom et on s'est appelé les Gazelles vertes. Ce n'était pas très glorieux! Mais c'est dans mes premiers souvenirs de Fête nationale », a-t-il raconté au micro de C'est pas trop tôt en Estrie.

Pas de spectacle pour lui cette année lors de la Saint-Jean, mais la guitare n'est pas trop loin quand même. « Je suis de ceux qui, lorsque je termine ma tournée, j'arrête complètement. Je prends un long break avant de recommencer. C'est bien aussi, certaines années, de ne pas jouer à la Saint-Jean-Baptiste et d'en profiter d'une autre façon, d'être avec ma famille. »

Ces temps-ci, Alexandre Poulin passe ses journées en studio en vue de produire une quatrième plaquette. Les fans du Sherbrookois ne devraient pas être déçus. « Les chansons sont presque toutes écrites, mais on est au début complètement de l'enregistrement. On commence à explorer tout ça. Ça va rester de la chanson folk, c'est là où je suis le plus à l'aise et c'est ce que j'ai envie de faire. Il y aura une évolution musicale et même dans les textes par rapport à ce que j'ai fait avant. C'est toujours l'objectif pour moi dans un souci de pertinence d'arriver avec quelque chose qui me représente. Comme je fais un album aux trois ans, j'aspire toujours à ce que le prochain ait une différence assez marquée avec le précédent, mais toujours dans cette lignée de raconter des histoires. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine