Retour

La Semaine du PAP 2016 à Sherbrooke pour prévenir le cancer du col de l'utérus

Encore cette année, des femmes pourront avoir accès à une cytologie - le fameux « test PAP » - grâce à la mise sur pied de cliniques spéciales, qui ouvriront leurs portes du 17 au 21 octobre.

« Ça fonctionne très bien. Le but est d'offrir à des femmes qui n'ont pas accès à un médecin facilement d'avoir une cytologie du col de l'utérus », explique le responsable du programme de dépistage et gynécologue-obstétricien au CHUS, Guy Waddell.

L'initiative est née il y a quelques années par la Fédération des femmes médecins du Canada. À Sherbrooke, c'est la sixième année que de telles cliniques se tiennent.

« On trouvait que c'était une initiative intéressante parce qu'il faut comprendre que le cancer du col de l'utérus, c'est une maladie qu'on ne devrait plus avoir dans notre population », soutient le Dr Waddell.

Le point de départ de ce cancer, c'est le virus du papillome humain (VPH), qui se transmet sournoisement lors de relations sexuelles. Un virus qui peut laisser derrière lui des lésions.

Il précise que chez les femmes qui développent un cancer du col de l'utérus, de 50 % à 60 % d'entre elles n'ont pas eu de cytologie dans les cinq dernières années.

Ces cliniques servent justement à contrer la prévalence de ce type de cancer. « Chaque année, on va diagnostiquer quelques patientes qui ont une lésion précancéreuse et qui ne le savaient pas, et qu'on a pu traiter très facilement », illustre-t-il.

Environ 200 femmes passent un PAP test dans le cadre de ce programme de dépistage. Le service sera pour la première fois offert au CSSS du Granit à Lac-Mégantic.

Plus d'articles